32e Régiment des transmissions

Identification de l'unité

Insigne du 32e Régiment des transmissions

 

Emplacement

Manège militaire des Forces canadiennes de Fort York
660 Fleet Street West
Toronto, ON  M5V 1A9

Réserve de l'Armée

Graphique : Joanna Gajdicar

Joignez notre équipe

Vous cherchez du travail à temps plein ou à temps partiel? Nous embauchons et offrons d'excellentes perspectives de carrière. N'hésitez pas à appeler ou envoyer un courriel à notre recruteur qui se fera un plaisir de répondre à vos questions et de vous indiquer comment vous adresser à notre régiment.

Le recruteur de notre équipe

Nom : Recruteur
Téléphone : 416-203-4641
Courriel : 32cbgrecruiting@forces.gc.ca

Ou contactez

Téléphone: 1-800-856-8488
Trouvez un centre de recrutement près de vous. 

Entraînement

septembre à juin:

  • mardi soir
  • 1930 h à 2230 h
  • une fin de semaine par mois.

L'emploi d'été à plein temps est disponible de mai à août.

Qui nous sommes

Le 32e Régiment des transmissions est une unité de communication de la Réserve de l’Armée canadienne qui résulte de la fusion du 700e Escadron des communications et du 709e Régiment des communications. Sa création a été autorisée par un arrêté ministériel daté du 26 juillet 2011. En 2012, un deuxième arrêté ministériel est venu corriger le nom anglais du régiment pour 32 Signal Regiment (sans « s » à « Signal »).

L’unité fait partie du 32e Groupe-brigade du Canada, dans la grande région de Toronto, et est composée de personnes de métier (membres à temps partiel et à temps plein de la Réserve et de la Force régulière), ainsi que d’étudiants civils, de professionnels, de gens d’affaires et de fonctionnaires.

Le régiment comprend les éléments suivants :

  • Quartier général régimentaire – manège militaire Fort York à Toronto.
  • 1er Escadron – Base des Forces canadiennes (BFC) Borden. Le 1er Escadron (ATHENA) a été baptisé en l’honneur de la mascotte du Service féminin de l’Armée canadienne : Athéna, la déesse de la Guerre dans la mythologie grecque. Ce nom rappelle les origines de l’escadron à titre de centre de classement pour le Service féminin de l’Armée canadienne de 1962 à 1964. D’ailleurs, la chouette d’Athéna était le symbole du 700e Escadron des communications (Borden) pour la même raison.
  • 2e Escadron – manège militaire Fort York à Toronto. Le 2e Escadron (2e Compagnie des transmissions) tient son nom de l’unité fondatrice du Régiment en 1907 – la 2e Compagnie des transmissions.
  • Troupe d’appui – Toronto et Borden. La Troupe d’appui (le dépôt, Corps royal canadien des transmissions) tient son nom de la maison-mère initiale des Transmissions, et du dépôt à Camp Borden de 1923 à 1938. La Troupe d’appui compte des éléments au manège militaire Fort York et à la BFC Borden, avec le 1er Escadron.

Avantages de l’enrôlement

Lorsque vous vous joignez à notre unité, vous recevrez une rémunération concurrentielle pour votre travail à temps partiel ou à temps plein. Vous êtes également admissible pour une formation en cours d’emploi qui pourrait vous être utile dans votre vie civile. Aussi, il y a des avantages médicaux, dentaires et éducatifs qui sont offerts aux réservistes de l’Armée.

Voici les détails :

Équipe de commandement

  • Commandant : Lieutenant-colonel Alfred Lai, CD
  • Sergent-major : Adjudant-chef Steven Graham, CD

Communiquez avec nous

32e Régiment des transmissions
Manège militaire des Forces canadiennes de Fort York
660 Fleet Street West
Toronto, ON  M5V 1A9

Téléphone : 416-203-4600, Ext. 4614

Nouvelles

Les Forces armées canadiennes et des Alliés parfont leurs compétences de combat interarmées dans le cadre de l’exercice assisté par ordinateur UNIFIED RESOLVE 2020

10 février 2020 – Kingston (Ont.) – Ministère de la Défense nationale/Forces armées canadiennes
Le 10 février 2020

Major Greg Frank

La fin de 37 ans de service soulignée par un dernier tir d’obus

Meaford (Ontario) — Par un frais après-midi d’octobre, le major (à la retraite) Greg Frank s’affairait à charger un obusier C3 de 105 mm. C’est une tâche qu’il a accomplie littéralement des milliers de fois au cours de sa carrière de 37 ans dans la Réserve de l’Armée canadienne. Toutefois, cette fois-ci était différente des autres : il s’agissait du tout dernier obus qu’il allait tirer de sa carrière.
Le 7 février 2020

De nouveaux membres des Queen’s Own Rifles of Canada, un régiment de la Réserve de l’Armée basé à Toronto, reçoivent des Pièces du Souvenir pour marquer le Jour du Souvenir.

Les pièces des Queen’s Own Rifles, un « devoir sacré » envers leurs morts au combat

Toronto (Ontario) — Une tradition vieille de 20 ans, qui permet d’honorer les militaires du Régiment morts au combat depuis 160 ans avec des Pièces du Souvenir, est encore en vigueur chez les Queen’s Own Rifles of Canada (QOR).
Le 26 novembre 2019

Voir d'autres nouvelles

Notre histoire

La première composante du Régiment a été mise sur pied à Toronto, en 1907 – la 2nd Signalling Company du tout nouveau Signalling Corps, une composante du district no 2 de la Milice. La Compagnie a utilisé des sémaphores, des héliographes et des lampes. Les membres du Génie canadien étaient toujours responsables de la construction des lignes de télégraphe et de téléphone. Cependant, la 2nd Signalling Company comptait également un détachement au sein de la 2nd Engineer Company de Toronto. En 1911, la Compagnie a pris le nom de No. 2 Signal Company.

En août 1914, au déclenchement de la Première Guerre mondiale, 36 officiers et spécialistes des transmissions de la No. 2 Signal Company se sont rendus à Valcartier, au Québec, pour faire partie de la 1st Canadian Divisional Signal Company. Durant la guerre, le téléphone, le télégraphe, les estafettes et les pigeons sont devenus les moyens normalisés de transmission de messages dans le champ de bataille. Dans certains cas, des radios étaient également disponibles. Des membres de notre Régiment, aux côtés de centaines d’autres spécialistes des transmissions, membres du Génie et guides ont servi au sein de différentes compagnies du Canadian Corps Signal Service au cours des grandes et terribles batailles entre 1915 et 1918. Toutes les unités du Canadian Corps Signal Service ont été démobilisées et dissoutes à Toronto durant l’année 1919.

 

Date de modification :