Nominations à titre honorifique

La tradition canadienne que constituent les nominations honorifiques au sein des unités a été créée par le militaire britannique, mais elle est appliquée au Canada depuis un peu plus d’un siècle seulement.

Le premier à être nommé au poste de colonel honorifique au Canada était l’honorable Lieutenant-colonel J.M. Gibson, un secrétaire provincial du gouvernement de l’Ontario.Il était colonel honorifique du 13e Bataillon de l’Infanterie en 1895.

Il existe différents types de nominations honorifiques au sein de l’Armée canadienne : colonel en chef, colonel du régiment, colonel honoraire et lieutenant-colonel honoraire. Les unités de la Réserve comprennent habituellement deux positions honoraires : colonel honoraire et lieutenant-colonel honoraire.

Au début du 20e siècle, sir Robert Borden a décrit la pratique des nominations honorifiques comme suit : « le plus grand avantage de Le Manège est d’être en mesure de recruter l’intérêt et la sympathie d’hommes en vue et aisés en leur permettant de devenir membre des régiments »

Il en est de même aujourd’hui. La personne à qui l’on accorde la nomination honorifique est considérée comme le protecteur des traditions et de l’histoire régimentaires, celui qui fait connaître l’identité et l’ethos des régiments et le conseiller du commandant à l’égard de toutes les questions sauf celles relatives aux opérations.

Les unités choisissent des candidats, souvent d’anciens membres, qu’elles croient ont les intérêts de l’unité à cœur et demandent l’approbation de la nomination honorifique par le truchement de la chaîne de commandement.

Date de modification :