À 92 ans, un artilleur aéroporté retraité est honoré par ses camarades

Article / Le 10 octobre 2018 / Numéro de projet : 18-0320

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par Jules Xavier, Shilo Stag

Shilo, au Manitoba — Un ancien du Régiment royal de l’Artillerie canadienne (RRAC) a reçu un honneur spécial de la part de ses camarades pour souligner une carrière mouvementée de 27 ans.

Paul Gauci, 92 ans, a reçu une pièce commémorative de l’artillerie dans le cadre d’une réunion du RRAC qui avait lieu à la Base des Forces canadiennes Shilo, au Manitoba, pendant la fin de semaine du 28 juin au 1er juillet 2018.

M. Gauci, l’officier d’artillerie ayant le plus long service présent, a partagé plusieurs histoires de sa carrière de 27 ans pendant l’évènement, notamment la raison pour laquelle il a choisi de suivre la formation de parachutiste et obtenir le titre d’artilleur aéroporté.

« Lorsque je suis revenu au Canada après la Deuxième Guerre mondiale, on nous a demandé ‘Qui veut sauter?’ J’ai levé la main lorsqu’ils nous ont dit qu’on serait payé 30 $ de plus par mois. »

La pièce de l’artillerie a été remise à M. Gauci par un camarade artilleur aéroporté, Bill Tremain, de St. Albert, en Alberta.

Il s’agissait de la troisième réunion du RRAC à laquelle assistait M. Gauci, et le soldat né à Winnipeg dit qu’il a aimé retourner à la base de Shilo, où a eu lieu son instruction d’artilleur après son instruction élémentaire à Fort Garry, au Manitoba, en 1943.

« C’est vraiment agréable de rencontrer d’autres parachutistes et de se raconter nos histoires à ces réunions, » dit-il.

M. Gauci s’est enrôlé tandis que la Deuxième Guerre mondiale faisait rage afin de servir son pays, comme plusieurs de ses amis. 

Au moment où il est envoyé outre-mer, la guerre était terminée. Il a pris sa retraite en 1970 et est déménagé dans sa maison actuelle à Gibsons, en Colombie-Britannique.

M. Gauci, qui aura 95 ans à la prochaine réunion du RRAC en 2021, ne sait pas s’il sera en mesure d’y participer.

« Si je suis vivant et en santé, vous allez peut-être me revoir, » dit-il, avec sourire espiègle.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :