À la recherche de réservistes pour « combler les lacunes » à Gagetown

Article / Le 27 avril 2018 / Numéro de projet : 18-0148

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Oromocto (Nouveau-Brunswick) — Les membres de la Réserve de l’Armée canadienne (AC) servent peut-être à temps partiel, mais les officiers d’un des centres les plus affairés de l’Armée affirment que leur aide est à la fois vraiment nécessaire et très précieuse.

La Base de soutien de la 5e Division du Canada (BS 5 Div CA) Gagetown, située à Oromocto, au Nouveau-Brunswick, abrite le 4e Régiment d’appui du génie (4 RAG) et le 4e Régiment d’artillerie (Appui général), ARC (4 RAAG).

Alors que les autres unités de l’AC se retrouvent dans un état de disponibilité opérationnelle élevé tous les trois ans, c’est-à-dire après deux ans d’instruction individuelle et collective afin d’elles soient prêtes, ces deux unités jouent des rôles uniques dans l’ensemble de l’AC. En conséquence, leurs militaires sont très recherchés pour assurer le soutien lors des exercices et des opérations dans tout le pays et dans le monde. Ces militaires doivent donc être constamment fins prêts.

Ces unités, ainsi que d’autres unités habilitantes de l’AC qui remplissent des fonctions de soutien en demande telles que le renseignement, la surveillance et la reconnaissance, ont été récemment regroupées au sein de la 5e Division du Canada. Elles relèvent désormais toutes deux de la Brigade d’appui au combat du Canada (BACC), qui vient d’être créée.

Le capitaine Joseph Bennett, officier des opérations du 4 RAG, souligne que le fait de devoir être constamment dans un état de disponibilité opérationnelle constitue un défi important. La présence des réservistes permet de relever ce défi.

« Nous fournissons la majeure partie du leadership, de la planification et de l’effectif nécessaires pour intervenir lors de toutes les situations qui pourraient survenir dans la région du Canada atlantique », explique-t-il. « Il arrive fréquemment que des membres de notre effectif effectuent des tâches de soutien ou participent à un cours quelque part au pays; ainsi, lorsqu’on nous ordonne de partir en mission, il peut être difficile de disposer de toutes les ressources dont nous avons besoin. C’est dans ces circonstances que les réservistes entrent en jeu; ils viennent combler les lacunes de notre effectif. »

Le Capt Bennett ajoute que, pour la seule année 2017, le 4 RAG est venu en aide aux autorités provinciales après les tempêtes de verglas qui ont frappé le nord-est du Nouveau-Brunswick et qu’il était en attente, prêt à intervenir à tout incident sérieux dans la région lors de la Fête du Canada et durant les inondations au Québec.

« Il y avait des membres du génie pour appuyer ceux du Québec », précise-t-il. « Toutefois, il était possible que la portée de notre mission soit appelée à devenir plus importante; nous avons donc demandé qu’une troupe de réservistes se joigne à nous. Nous n’avons jamais été appelés à nous déployer au Québec, mais entre 25 et 30 réservistes étaient ici parmi nous pendant environ une semaine. Ils ont participé à notre entraînement, nous ont aidés à préparer notre équipement tout en restant prêts à intervenir et à fournir une aide supplémentaire au besoin. »

Le capitaine Leah Sullivan est l’officier des opérations des Services techniques de la BS 5 Div CA, qui a pour rôle de fournir le soutien logistique aux unités de la base et des écoles d’instruction. Fournir le soutien aux unités en état de disponibilité opérationnelle élevé signifie que les Services techniques sont soumis à bon nombre des mêmes contraintes.

De plus, ces exigences se sont accrues davantage au cours de la dernière année, alors que la BS 5 Div CA a accepté la responsabilité supplémentaire d’assurer le soutien aux activités de la Force régulière et de Réserve non seulement la base elle-même, mais dans toute la région du Canada atlantique.

« Notre tâche prend de plus en plus d’importance, mais notre effectif demeure le même pour faire tout ce travail », observe le Capt Sullivan. « Actuellement, nous analysons ce que nous pouvons faire avec nos ressources actuelles et ce dont nous aurions besoin pour satisfaire à la demande. »

Elle ajoute que, du point de vue des Services techniques, les réservistes fournissent une précieuse aide directe à la base au cours de l’été.

« Pour notre effectif, la période estivale est assurément la plus active en ce qui concerne l’instruction suivie dans les écoles; nous demandons habituellement des renforts de la Réserve pour combler certaines de nos lacunes à ce moment. »

Au-delà de cette situation, le Capt Sullivan prévoit que les efforts de la Réserve de l’Armée liés à la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement (PSE) – dans le cadre de laquelle le nombre de tâches de mission auxquelles les réservistes peuvent participer augmentera – auront un effet positif.

« Parmi ces nouvelles tâches, on retrouve le transport longue distance. Bien que les effets de cette aide soient moins directs, signale le Capt Sullivan, cela aidera à alléger notre fardeau. »

« Lorsqu’une organisation a besoin d’un camion semi-remorque immédiatement, elle doit établir un contrat à cet effet ou faire appel à nous », résume-t-elle. « Si l’organisation a la capacité de faire le travail elle-même, cela allège notre charge de travail, car autrement nous devrions donner suite à sa demande. La Force de réserve s’aide elle-même. »

Protection, Sécurité, Engagement, la politique de défense du Canada, comprend des mesures visant à s’assurer que la Réserve est capable de fournir des capacités à temps plein grâce au service à temps partiel. Parmi ces mesures, on retrouve notamment l’ajout de 1 500 nouveaux militaires et une collaboration plus étroite dans l’intégration de la Force régulière et de la Réserve par l’augmentation du nombre de tâches de mission qui peuvent être réalisées par les réservistes.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Vous cherchez une superbe carrière à temps plein? Les Forces armées canadiennes embauchent. Voyez les occasions d’emploi ici : https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/campagnes/emplois-en-demande.html.ca/en/department-national-defence/campaigns/in-demand-jobs.html

Et souvenez-vous, vous pouvez aussi occuper un emploi à temps partiel : un soir par semaine et une fin de semaine par mois au sein de la Réserve de l’Armée canadienne.

Pour vous joindre à la Réserve de l’Armée, commencez par vous rendre au manège militaire local de votre collectivité ou région. Si vous cherchez un métier en particulier, vous devez vous joindre à une unité qui offre ce type d’emploi.

Parcourez cette liste d’unités de la Réserve pour en trouver une près de vous : http://www.army.forces.gc.ca/fr/reserve/index.page#unit

Date de modification :