Des correspondants terminent leur première affectation

Article / Le 23 novembre 2017 / Numéro de projet : 17-0274-c

Écrit par Karla Gimby, affaires publiques de l'Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Borden (Ontario) — Vingt-cinq étudiants en journalisme de l’Université Carleton ont participé à l’exercice ARDENT DEFENDER en tant que journalistes intégrés, du 27 au 29 octobre 2017.

L’expérience pratique est sans doute l’une des meilleures façons d’apprendre. C’est exactement ce qu’ont reçu 25 étudiants en journalisme de l’Université Carleton lorsqu’ils ont participé à l’exercice ARDENT DEFENDER en tant que journalistes intégrés.

Du 27 au 29 octobre 2017, les étudiants se sont rendus à Borden (Ontario) pour s’intégrer aux équipes effectuant une neutralisation des explosifs et munitions et une neutralisation des dispositifs explosifs de circonstance, aux équipes de recherche et aux sections d’infanterie. Cela leur a permis de voir comment travaillent ensemble les Forces armées canadiennes et les partenaires internationaux en matière de défense et de sécurité pour contrer les menaces explosives.

Il s’agissait d’une expérience qui ouvre les yeux pour les étudiants de voir de vrais soldats en action par opposition à ce qu’ils voient dans les médias.

« C’était intéressant de les voir essayer d’apprendre et comprendre les fabricants de bombes, » dit Michael MacKinnon, étudiant de troisième année en journalisme à l’Université Carleton. « Ils veulent savoir qui fait ça et comment les arrêter. »

Noah Richardson, un étudiant de quatrième année en journalisme, a fait cette observation : « Ce qui m’a le plus surpris, c’est que malgré le fait que les soldats font un travail dangereux, ils n’accourent pas vers le danger. Ils sont méticuleux et méthodiques sur tout ce qu’ils font pour s’assurer que c’est sécuritaire pour tout le monde. »

Cette expérience, qui fait partie de leur cours Journalisme et conflit, aidera à préparer les étudiants à ce qu’ils peuvent voir lorsqu’ils travailleront après leur graduation. Aussi, le fait d’avoir des étudiants en journalisme intégrés à leurs équipes donne aux militaires et aux policiers l’occasion de vivre ce que c’est d’avoir des journalistes qui travaillent en étroite collaboration avec eux.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :