ARCHIVÉE - Des membres du génie de combat exécutent des tâches de démolition dans le cadre de l’exercice STALWART GUARDIAN 2015

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article / Le 25 août 2015 / Numéro de projet : c-ar-stalwart-guardian-demo

Dans le secteur d’entraînement de la Garnison Petawawa, on peut entendre les bruits d’explosion malgré les averses torrentielles. Les sapeurs de combat du 3e Escadron de campagne du 31e Groupe-bataillon territorial, une formation d’exercice composée de membres de la Force régulière et de la Réserve du 2e Régiment du génie de combat (RGC), du 31 RGC et du 33 RGC, exécutent des tâches de démolition sous la pluie diluvienne. Leur but consiste à créer des cratères dans une série de sentiers afin d’empêcher les larges véhicules de la force d’opposition d’emprunter ces itinéraires.

« Nous utilisons ce que nous appelons des charges Beehives de 15 livres, c’est‑à‑dire des charges creuses de gaz qui projettent une pièce de cuivre sur l’objectif », explique le major Frank Maloney, membre du 33 RGC et commandant du 3e Escadron de campagne. « Dans ce cas, le sol constitue l’objectif étant donné que nous creusons des cratères, mais ce pourrait aussi être un mur de casemate. Nous faisons d’abord un petit trou dans lequel nous plaçons d’autres explosifs pour creuser les cratères. »

Les membres du génie de combat fournissent d’importantes capacités à une force en campagne. Ils contribuent de bien des façons à façonner le champ de bataille, notamment au niveau de la création et du maintien de défenses telles que des tranchées afin de créer des obstacles pour ralentir la progression de l’ennemi, ou encore de la construction de ponts pour que les véhicules puissent traverser les ruisseaux et les rivières.

« Cet escadron peut vraiment tout faire », mentionne le major Maloney. « Il peut exécuter des tâches de démolition, construire des obstacles, ouvrir des brèches et construire des ponts. Nous pouvons aider à creuser des obstacles ainsi qu’à assurer la surviabilité, l’entretien des itinéraires et le soutien à la mobilité. »

Les membres du 3e Escadron de campagne font preuve de calme et de professionnalisme en manipulant les explosifs et s’assurent de toujours suivre les règles de sécurité. Il a fallu plusieurs mois de planification et de préparation pour organiser un exercice d’une telle envergure, mais dans le cadre de l’exercice en soi, il leur faut seulement environ 24 heures pour planifier, préparer et exécuter une démolition. Durant les opérations, lorsqu’une unité de génie est tout à fait préparée, ses capacités peuvent être mises à profit encore plus rapidement.

Pour de nombreux réservistes de l’unité, cet exercice représente une occasion unique de mettre en pratique les compétences propres à leur groupe professionnel dans un cadre réaliste et stimulant ainsi que d’apprendre de leurs collègues de la Force régulière. La grande quantité de pluie tombée a complexifié la démolition, ce qui a compromis la première fusée, mais n’a pas empêché les membres du génie d’analyser le problème et de s’y adapter.

« C’est agréable, très agréable de travailler ensemble », souligne le lieutenant Alex Bicket, membre du 2 RGC. « Surtout en raison des lacunes en matière de connaissances, les membres de la Force régulière jouent un rôle de mentors, et les réservistes n’hésitent pas à poser des questions. C’est plaisant d’acquérir ce type d’expérience en campagne. »

Rédigé par le Lieutenant de vaisseau Dan Karpenchuk

Date de modification :