Des réservistes de l’Armée canadienne se rendent au Dakota du Sud pour un entraînement interarmées

Article / Le 28 juin 2018 / Numéro de projet : 18-0268

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par l’élève-officier Natasha Tersigni, affaires publiques du 38e Groupe-brigade du Canada

Rapid City, Dakota du Sud — Avec un manque de personnel pour des postes lors d’exercices d’entraînement militaire internationaux pour les réservistes de l’Armée canadienne, 59 membres du 38e Groupe-brigade du Canada (38 GBC) ont sauté sur l’occasion de participer à l’exercice GOLDEN COYOTE 2018 (Ex GC18).

Ayant lieu dans la région de Black Hills au Dakota du Sud, du 8 au 22 juin 2018, l’Ex GC18 était organisé par la South Dakota Army National Guard (SDANG) et comprenait près de 2100 militaires. L’exercice ciblait principalement des unités de soutien au combat et de Soutien logistique du combat, et comprenait plusieurs projets d’aide communautaire et humanitaire qui profiteront aux collectivités du Dakota du Sud.

Cette année, le 38 GBC, une brigade de la Réserve de l’Armée composée de 13 unités de la Saskatchewan, du Manitoba et du Nord-Ouest de l'Ontario, formait le quartier général de la force opérationnelle 38, situé au Custer State Park, au Dakota du Sud.

Le lieutenant-colonel Thomas Mykytiuk, commandant du North Saskatchewan Regiment à Saskatoon, et le sergent-major régimentaire de l’unité, l’adjudant-chef Ramsay Bellisle, composaient l’équipe de commandement pour l’Ex GC18.

Cet exercice d’entraînement est une excellente occasion pour le 38 GBC de faire un partenariat avec la SDANG pour exécuter des missions humanitaires, des projets du génie et de la formation d’aide médicale. Pour ce faire, ils ont mis en place une force de réaction rapide (FRR), qui est une unité militaire capable d’intervenir rapidement dans les situations émergentes, normalement pour aider les unités alliées qui ont besoin de cette aide.

La contribution du Canada à la FRR de l’EX GC18 était composée de soldats d’infanterie du North Saskatchewan Regiment, du Lake Superior Scottish Regiment et du Queen’s Own Cameron Highlanders of Canada. Les membres de la FRR étaient jumelés à des soldats américains du 190th Combat Sustainment Support Battalion et ont pris part à trois missions d’exercice.

Pour ajouter du réalisme à l’entraînement, des forces ennemies étaient présentes et de l’équipement de paintball était utilisé par la force ennemie et la FRR pour indiquer le nombre de pertes subies par les deux côtés pendant l’opération.

Pour les Canadiens qui participent à l’Ex GC18, l’accès à ce type d’entraînement dans lequel ils interagissent avec des homologues américains dans un environnement de menace avec une force d’opposition est très valorisé, prêtant des éléments différents qu’à l’entraînement au Canada.

« L’appui que nous recevons de la South Dakota National Guard a été remarquable et nous a permis de vraiment tirer profit de nos propres objectifs d’instruction. Quand on travaille avec les Américains, nous avons accès à beaucoup de ressources que nous ne verrions normalement pas, » dit le Lcol Mykytiuk qui ajoute que chaque soldat canadien, incluant lui, participe à des exercices de haut niveau.

« Pour ma part, j’ai des ressources auxquelles je n’ai normalement pas accès et j’ai actuellement l’occasion d’exercer le commandement à ce niveau, ce qui est difficile d’avoir à l’unité parce que nous n’avons pas cette masse critique. C’est une des rares occasions que j’avais de commander un bataillon; ici, j’ai près de 600 personnes sous mon commandement. »

Les membres du génie canadien présents à l’exercice étaient heureux de pouvoir participer aux projets d’amélioration communautaire. Le caporal-chef Nicholas Mack, réserviste de l’Armée canadienne du 38e Régiment du génie de combat, est le commandant de section des membres du génie qui aident le 821st Transportation Battalion de la SDANG à ramasser du bois au Custer State Park.

Une fois chargé dans les camions, le bois a été amené à des collectivités autochtones. On a demandé aux membres du génie de couper les pièces de bois pour faciliter le transport.

« Ça fait partie de l’ensemble de compétences du génie de travailler avec des scies à chaîne. Pour l’exercice, nous les avons utilisées pour enlever les branches et nettoyer les arbres avant qu’ils soient transportés, » explique le Cplc Mack.

« C’est quelque chose que nous n’aurions pas eu l’occasion de faire à l’unité, c’était donc super de faire ça et travailler avec les soldats du transport. »

Avec la dotation du quartier général et la mise en place d’une section du génie, la force opérationnelle 38 comprend un peloton d’infanterie qui participe aux différentes tâches d’instruction qu’offre l’exercice.

« L’ajout de la force de réaction rapide était une excellente occasion pour nos soldats d’infanterie, mais également pour tout le camp, » explique le Lcol Mykytiuk, qui ajoute que les unités américaines en profitent également.

« Certaines des plus importantes unités de la garde nationale, comme les techniciens médicaux, tirent avantage du fait que nous possédons cette capacité opérationnelle dynamique. Normalement, ils s’entraînent seuls, mais ainsi, ils ont une expérience des armes de combat et ils peuvent pratiquer avec eux. »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :