Dévoilement de la statue du sergent-major de compagnie Francis Pegahmagabow, héros de la Première Guerre mondiale

Galerie d'images

Article / Le 21 juin 2016 / Numéro de projet : 16-0100

Remarque: pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Parry Sound, ON  — Un siècle après que le sergent-major de compagnie (SMC) Francis Pegahmagabow a reçu la première des trois médailles qu’il a méritées durant la Grande Guerre, une statue en bronze de grandeur nature de ce héros a été dévoilée lors d’une cérémonie à Parry Sound, le 21 juin, à l’occasion de la Journée nationale des Autochtones.

Le Lieutenant-général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne, et d’autres dignitaires du gouvernement et des Premières Nations, ont honoré l’incroyable vie du SMC Pegahmagabow, tant sur les champs de bataille de la France et des Flandres qu’ailleurs.

« Le sergent-major de compagnie Francis Pegahmagabow est l’un des nombreux Autochtones ayant choisi de servir fièrement leur pays. J’étais ravi d’assister au dévoilement de la statue et de rendre hommage à un important personnage militaire et historique », affirme le Lgén Hainse, dans un communiqué préparé en vue de la Journée nationale des Autochtones.

L’Ontario Native Education Counselling Association a financé la statue, qui a amassé la moitié des 169 000 $ nécessaires à sa réalisation. La moitié restante a été fournie par le ministère du Patrimoine canadien.

S’élevant à environ trois mètres de hauteur, soit environ 10 pieds, le monument commémoratif montre le SMC Pegahmagabow, vêtu de son uniforme du temps de guerre, avec un aigle au‑dessus de lui et un caribou à ses côtés. L’aigle incarne notre lien avec le Créateur, et le caribou, pour sa part, représente le clan familial de Pegahmagabow.

« Son importance va au-delà de l’homme qu’il était », explique Tyler Fauvelle, sculpteur de Sudbury ayant créé la statue, qui fait mention de la vie du SMC Pegahmagabow en tant que guerrier, par temps de paix et de guerre. « La bataille qu’il a livrée, à la fois pour les droits des peuples autochtones et le front occidental, trouve un écho chez l’ensemble des Canadiens et des Canadiennes. »

Par le capitaine Jonathan Link, Affaires publiques de la 4e Division du Canada

Il est difficile d’exagérer les réalisations du SMC Pegahmagabow. Lorsque la guerre a éclaté en 1914, Pegahmagabow, alors orphelin de 24 ans et membre de la Première Nation Wasauksing, s’est enrôlé dans l’Armée pour contribuer à la défense du Canada. Quatre mois plus tard, il s’est retrouvé dans les tranchées où il est devenu éclaireur, messager et tireur d’élite sans égal. Au cours de la guerre, le SMC Pegahmagabow a été asphyxié par des gaz, il a été hospitalisé à deux reprises après avoir subi des blessures, puis il a reçu la Médaille du mérite militaire trois fois pour avoir fait preuve de bravoure face à l’ennemi.

Même s’il a été salué comme grand héros canadien de la Grande Guerre, lorsque celle-ci a pris fin, la lutte du SMC Pegahmagabow a dû continuer. À leur retour au Canada, les vétérans autochtones ont constaté que rien n’avait changé au pays en ce qui a trait au traitement à l’égard de leur culture.

« C’est décourageant que l’équité connue dans le champ de bataille se soit dissipée aussi rapidement. On la lui a enlevée, explique M. Fauvelle. Cependant, l’expérience lui a procuré la force et le courage afin de lutter pour les droits des peuples autochtones jusqu’à la fin de ses jours. Ainsi, c’est grâce au travail qu’il a entamé que nous nous retrouvons ici aujourd’hui. »

Le SMC Pegahmagabow est le soldat autochtone le plus décoré de l’histoire du Canada, et à ce jour, il demeure toujours le 11e tireur d’élite le plus efficace de tous les temps. Par contre, pendant un quart de siècle, le SMC Pegahmagabow a été le tireur d’élite le plus dangereux, ayant à son crédit 378 décès confirmés. Outre les nombreux actes de bravoure réalisés durant la Grande Guerre, on lui attribue aussi la capture de plus de 300 prisonniers.

Après la guerre, il est demeuré membre actif de la milice canadienne, et il a éventuellement été nommé sergent-major de compagnie. Il a rempli deux mandats comme chef de la Première Nation Wasauksing et il a dirigé un mouvement axé sur les droits des peuples autochtones jusqu’à ce qu’il rende l’âme, en 1952.

« [La statue] constitue une reconnaissance positive que l’on attend depuis longtemps », précise Brian McInnes, arrière-petit-fils du SMC Pegahmagabow. « J’aimerais croire que cette reconnaissance s’insère dans le processus de vérité et de réconciliation, mais nous ne le savons pas encore. S’agit-il tout simplement d’une statue ou cet acte de commémoration sera-t-il accompagné d’une mesure significative et réfléchie? C’est ce que nous souhaitons. »

Une tombe militaire identifiée undique l'endroit où le SMC Francis Pegahmagabow a été enterré, à l’île Parry, en Ontario. Les médailles que ce dernier a reçues pour honorer ses réalisations personnelles sont en montre au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.

Date de modification :