« Étant moi-même un immigrant et un militaire canadien, je sentais qu’il était de mon devoir de me porter volontaire. » Les réservistes de l’Armée sont impatients d’accueillir les réfugiés syriens.

Article / Le 17 décembre 2015 / Numéro de projet : 15-0227

Ottawa (Ontario)  —  Alors que les premiers réfugiés syriens commencent à arriver au Canada, des réservistes de l’Armée sont sur place et impatients d’aider à assurer leur sécurité et leur confort en entendant leur relocalisation permanente dans leur nouveau chez soi.

Ces réservistes se sont portés volontaires pour participer à l’opération PROVISION, la contribution des Forces armées canadiennes (FAC) à l’initiative de réinstallation menée par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

La plupart occupent un rôle de sécurité auxiliaire ou de renfort dans les différentes bases des FAC où les réfugiés pourraient être hébergés temporairement en cas de besoin. Plusieurs d’entre eux se sentent personnellement interpelés par cette mission.

« J’ai donné mon nom pour l’Op PROVISION parce que je voulais accueillir les réfugiés syriens au Canada », explique l’artilleur Markus Hale, membre du 56e Régiment d’artillerie de campagne, Artillerie royale canadienne (ARC), basé à Brantford, en Ontario. « Étant moi-même un immigrant et un militaire canadien, je sentais qu’il était de mon devoir de me porter volontaire. »

« Je voulais participer à l’Op PROVISION parce que mes parents sont arrivés en tant que réfugiés au Canada, ce qui leur a permis d’avoir une meilleure vie », ajoute quant à lui le caporal Dardal Malushaj, membre du Toronto Scottish Regiment. « Je veux donner au suivant et aider les réfugiés syriens à avoir une meilleure vie eux aussi. »

Le plan de réinstallation canadien continuera d’évoluer au fil du temps. Les membres des FAC possèdent la formation et le niveau de préparation élevé requis pour évoluer avec lui.

Ce plan, qui comporte plusieurs volets, commence par l’identification et le traitement des quelque 25 000 Syriens déplacés que l’IRCC prévoit accueillir au pays. Un contingent des FAC a été déployé au Liban, en Jordanie et en Turquie pour appuyer cette tâche.

Selon IRCC, ces 25 000 personnes seront identifiées d’ici le 31 décembre, et on s’attend à ce que 10 000 d’entre elles arrivent au pays d’ici la fin de l’année 2015. Les 15 000 autres seront accueillies d’ici la fin de février 2016.

Le voyage s’effectue par avion commercial, qui représente l’option la plus efficace et économique. Mais l’Aviation royale canadienne a établi un plan qui permettra de fournir un transport aérien additionnel toutes les 48 heures, selon les besoins.

Les FAC ont la capacité d’héberger temporairement jusqu’à 6000 réfugiés en Ontario et au Québec, et 7000 autres dans le reste du Canada, au besoin. La plupart des installations qui ont été identifiées à titre de logement temporaire potentiel appartiennent à l’Armée canadienne : la Base des Forces canadiennes Kingston, la Garnison Petawawa,et le Centre d’instruction de la 4e Division du Canada (Meaford), tous situés en Ontario.

Au Québec, les membres du personnel de la Base de soutien de la 2e Division du Canada à Valcartier et de la Base de soutien de la 2e Division du Canada à Montréal sont prêts à accueillir des réfugiés s’ils sont appelés à le faire.

Si leur aide est requise, les membres des FAC s’appuieront sur l’expérience acquise durant l’Op PARASOL, qui comprenait l’hébergement de réfugiés de la province serbe du Kosovo, en 1999.

Environ 5000 personnes fuyant les combats dans cette région avaient été logées pendant trois mois dans différentes installations des FAC en Ontario (aux Bases des Forces canadiennes Trenton, Kingston et Borden), en Nouvelle-Écosse (aux Bases des Forces canadiennes Halifax et Greenwood et à la Station des Forces canadiennes Aldershot) et au Nouveau-Brunswick (à la Base de soutien de la 5e Division du Canada Gagetown).

Les membres des FAC ont également participé à des opérations d’envergure visant à appuyer les réfugiés vietnamiens entre 1978 et 1981, à la suite de la chute du gouvernement sud-vietnamien. Dans le cadre de l’opération MAGNET, comme elle avait été nommée à l’époque, ils ont supervisé le transport aérien et la réinstallation de plus de 50 000 d’entre eux.

Le bombardier-chef Jeff Roos, réserviste au sein du 56e Régiment d’artillerie de campagne, ARC, indique avoir décidé de prendre part à l’Op PROVISION pour contribuer à cet héritage et transmettre ses connaissances et son expérience à ses confrères et consœurs plus jeunes.

« Je me suis porté volontaire pour l’Op PROVISION parce qu’il s’agit d’une excellente occasion d’accueillir dans notre beau pays des gens issus de régions déchirées par la guerre. Je voulais contribuer à l’héritage d’aide aux réfugiés perpétué par les Forces armées canadiennes, en plus d’aider au mentorat et au perfectionnement des jeunes soldats, pour qu’ils deviennent aussi efficaces que possible. »

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée

Date de modification :