L’Armée canadienne accueille la Conférence des armées des Amériques

Article / Le 8 février 2017 / Numéro de projet : 17-1007

Écrit par Natalie Flynn, affaires publiques de l'Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Toronto (Ontario) — Du 6 au 10 février 2017, l’Armée canadienne accueille une conférence spéciale multilatérale à Toronto. L’évènement fait partie du 32e cycle de la Conférence des armées des Amériques (CAA), un rassemblement international d’armées associées comportant six réunions importantes qui ont lieu sur une période de deux ans. Fondée en 1960, la CAA est conçue pour renforcer les liens entre les armées, promouvoir la cohésion et aider à améliorer la sécurité dans les Amériques.

Pendant ces conférences, les officiers de l’armée ont une occasion unique de se rencontrer et de discuter des enjeux d’intérêt commun, y compris les meilleures pratiques pour les opérations de maintien de la paix, l’intervention en cas de catastrophe et les défis émergents en matière de sécurité. Une conférence des commandants boucle la fin du cycle, où les dirigeants peuvent voter sur les décisions et les résultats des deux années précédentes. 

Le 32e cycle marque la sixième fois que l’Armée canadienne accueille une conférence depuis son adhésion à la CAA en 1993. Le thème principal pour les six évènements du cycle a fait l’examen de la façon dont les armées peuvent travailler avec des organismes relevant de différents niveaux devant les défis croissants à la défense régionale, tout en considérant les différents rôles, capacités et cadres légaux de chaque pays.

Un des rôles principaux est de contribuer à la paix et la sécurité internationale, et être membre de la CAA est une façon de contribuer largement à ces obligations. « C’est grâce à ce dialogue multilatéral, actif et à long terme que nous pouvons mieux comprendre et cerner les besoins, les défis et les secteurs de collaboration possibles en vue d’atteindre des objectifs communs, » dit le lieutenant-général Paul Wynnyk, commandant de l'Armée canadienne. « Le Canada est un partenaire engagé dans ces efforts et continuera de travailler avec les nations membres afin d’aborder les problèmes de sécurité complexes de façon à promouvoir les partenariats et la coopération. »

En lien avec le thème, le sujet défini par l’Armée canadienne pour la conférence spécialisée de la CAA se concentrait sur l’aspect formation des opérations interagences, qui comprend des activités planifiées à grande échelle, comme des épreuves sportives importantes et des sommets, et des incidents imprévus, comme les catastrophes naturelles. Les présentations par l’Armée canadienne couvraient la planification et la préparation, les leçons apprises et les préoccupations environnementales lorsqu’on se trouve sur place pendant les opérations.

Selon le Lgén Wynnyk, c’est un domaine pour lequel l’Armée canadienne  est bien placé pour fournir une expertise, en raison de ses expériences des opérations de sécurité de grande envergure au pays et des interventions en cas de catastrophes naturelles, nationales et internationales. Les études de cas discutées dans le cadre de la conférence spécialisée comprenaient la sécurité pour les Jeux olympiques de Vancouver et le sommet du G20 à Toronto, ainsi que la préparation en vue d’un tremblement de terre important sur la côte Ouest du Canada.

Le secrétaire général du 32e cycle de la CAA, le major-général Clarence K.K. Chinn, Commandant, U.S. Army South, a accueilli l’occasion de discuter des opérations dans le contexte interorganismes disant : « La réalité de la situation mondiale actuelle est une plus grande instabilité, qui, maintenant plus que jamais, étaye l’importance que nos armées continuent le dialogue et travaillent ensemble pour protéger nos intérêts. »

Le major-général Chinn a ajouté : « Bien que toutes les armées ne possèdent pas les mêmes ressources et ont des politiques et programmes différents, par la coopération, nous pouvons cerner les lacunes et les points de friction, et agir au bénéfice de tous les partenaires. En tant qu’organisation, nous avons fait un bon bout de chemin pour synchroniser nos efforts et cette conférence spécialisée est une excellente occasion d’approfondir certains détails, spécifiquement sur l’entraînement de nos forces, sur la façon dont nous fonctionnons actuellement et sur les points à améliorer. »

Le Lgén Wynnyk souligne que l’Armée canadienne joue un rôle important dans la collaboration avec les partenaires dans l’ensemble de l’hémisphère afin de développer les capacités régionales, d’encourager la souplesse opérationnelle et de favoriser la professionnalisation militaire. La coopération bilatérale continue de croître avec les partenaires prioritaires : le Mexique, le Brésil, le Chili, la Colombie et la Jamaïque. L’engagement a également augmenté de façon significative dans d’autres régions des Caraïbes ainsi qu’en Amérique centrale.

Le Lgén Wynnyk est optimiste à propos de l’avenir, disant que la participation continue au sein de la CAA « donne au Canada une incroyable occasion de montrer son leadership indéfectible et de faciliter le renforcement des capacités régionales. »

La Conférence des armées des Amériques

La CAA est une organisation militaire internationale qui a été fondée en 1960. Elle offre l’occasion à des dirigeants d’armée de l’Amérique du Nord, de l’Amérique centrale, de l’Amérique du Sud et des Caraïbes de se réunir de façon régulière afin de discuter d’intérêts mutuels et de partager les leçons retenues. De cette manière, la CAA contribue, du point de vue d’un penseur militaire, à la sécurité et au développement démocratique des pays membres. Le Canada s’est joint à la CAA en 1993, et l’Armée canadienne a accueilli six événements depuis qu’elle est membre.

Les vingt armées membres de la CAA aujourd'hui sont : Antigua-et-Barbuda, Argentine, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, République dominicaine, Équateur, El Salvador, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Paraguay, Pérou, Trinité-et-Tobago, États-Unis, Uruguay et Venezuela.

Les cinq armées observatrices sont la Barbade, le Belize, le Guyana, la Jamaïque et le Suriname, tandis que l’armée observatrice spéciale est l’Espagne. Deux organisations militaires internationales ont également le statut d’observatrices : la Conférence des forces armées de l’Amérique centrale et l’Organisation interaméricaine de défense.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne.

Date de modification :