« La diversité fait notre force », affirme un récipiendaire de la Mention d’honneur Liz Hoffman

Galerie d'images

Article / Le 17 février 2020 / Numéro de projet : 19-0323

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par Lisa Nault, Affaires publiques de l’Armée

Borden, Ontario — Cette phrase est inscrite sur le tableau blanc de l’École de la Police militaire des Forces canadiennes (EPMFC). Et l’adjudant-chef David Ridley vit en accord avec cette philosophie : « la diversité fait notre force ».

Lorsqu’il a entrepris son rôle à l’EPMFC en mai 2018, l’Adjuc Ridley a créé le Programme des ambassadeurs de la diversité en se fondant sur cette philosophie.

« En tant que Police militaire, nous touchons les gens sur une base quotidienne. Et lorsque nous interagissons avec des membres du public, cela ne se passe pas toujours comme prévu. Comme premiers répondants, il est important que nous fassions preuve d’une compréhension et d’une compassion accrues », explique l’Adjuc Ridley. 

Pour appuyer cet objectif, dans le cadre du Programme, des activités et des événements sont organisés à l’EPMFC. Lors d’un récent dîner-causerie, un conférencier a fait une présentation sur la communication avec les personnes handicapées. 

« L’équipe de conception était présente et je la voyais faire travailler ses méninges pour trouver une façon d’intégrer cette information à nos cours. Si nous entrons en contact avec quelqu’un et qu’il ne réagit pas – il peut y avoir de nombreuses explications. Peut-être qu’il n’entend pas ou peut-être qu’il est malade », mentionne l’Adjuc Ridley.  

Dans le cadre du Programme, une personne transgenre a également fait une présentation afin de faire part de ses expériences et accroître la sensibilisation.

Des rencontres amicales, comme un repas-partage multiculturel, peuvent également représenter de belles occasions d’échange. 

« Tout le monde a apporté un plat de sa culture et a expliqué sa tradition », explique l’Adjuc Ridley. « Compte tenu du fait que nous étions que soixante-six, nous avons eu droit à une impressionnante variété. »

Parce qu’il a donné à son personnel le temps et les espaces pour participer au programme comme ambassadeurs bénévoles, l’Adjuc Ridley a reçu la Mention d’honneur Liz Hoffman. Décernée par l’ombudsman, elle reconnaît des personnes qui ont dépassé les attentes en aidant leurs collègues à résoudre un problème difficile ou en apportant des changements positifs au ministère de la Défense nationale et aux Forces armées canadiennes (FAC).

L’Adjuc CWO vous dira avant tout qu’il a accepté cette reconnaissance au nom d’une équipe. Il partage cet hommage avec son partenaire de l’équipe de commandement, le lieutenant‑colonel Adam Battista. 

« Nous croyons tous les deux que de nombreux problèmes de notre organisation seraient résolus si nous pouvions tous apprendre à nous respecter les uns et les autres, à être gentils et empathiques », explique l’Adjuc Ridley. « Nous adhérons à la même philosophie sur le leadership et nous avons compris l’importance d’une culture où tous les gens, peu importe leur religion, leur genre, leur orientation sexuelle, leur éducation, leurs incapacités ou leur race sont traités avec dignité et respect en tout temps. »

La direction de l’EPMFC procure à l’Adjuc Ridley une occasion unique d’avoir une grande influence. 

« Nous avons le privilège de former les membres de la Police militaire au niveau élémentaire et ceux qui reviennent suivre de l’instruction à l’EPMFC. Essentiellement, nous pavons le chemin et nous renforçons le message tout au long de leur carrière. »

Cela devient également une occasion d’engagement positif à l’extérieur de l’EPMFC

« L’un de nos ambassadeurs de la diversité, le caporal Cote, a contribué à faire en sorte que le drapeau de la fierté transgenre soit hissé devant la barrière principale de la Base des Forces canadiennes Borden », explique l’Adjuc Ridley. 

Les ambassadeurs de la diversité soutiennent également le Groupe consultatif des minorités visibles de la Défense des FAC et ils ont tiré profit d’occasions de participer à des activités impliquant la communauté civile. 

« Mon premier ambassadeur de la diversité, le caporal-chef Charest, m’avait invité à une soirée de bingo « drag » organisée en collaboration avec Fierté Simcoe. C’était amusant, cela m’a permis de briser certains de mes mythes et de prouver à mon personnel et à mes stagiaires que je pouvais me jeter à l’eau en participant à une activité qui exploitait mes vulnérabilités. »

Et cela fonctionne. Des stagiaires de l’EPMFC ont formulé des commentaires positifs et certains ont même manifesté l’intérêt de mettre sur pied des programmes sur la diversité dans leur propre unité.

« Je suis fier du changement progressif que j’ai observé chez une personne en particulier », se souvient l’Adjuc Ridley. « Cette jeune personne fantastique a toujours eu le sentiment, tout au long de sa vie, d’être à l’écart, de ne pas avoir de sentiment d’appartenance. Récemment, elle m’a expliqué qu’elle avait un plus grand sentiment d’appartenance en raison de l’acceptation de la diversité et de l’inclusion. Cela a été l’élément le plus satisfaisant pour moi. C’est une sensation formidable de penser que j’ai joué un petit rôle pour qu’une personne se sente bien accueillie et intégrée à l’équipe. »

« Nous devons être bons les uns envers les autres », mentionne l’Adjuc Ridley. « C’est aussi simple que ça » 

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :