Le monument du sergent-major de compagnie Francis Pegahmagabow – un hommage inspirant à un héros de guerre autochtone

Article / Le 25 mai 2016 / Numéro de projet : 16-0100

Remarque: pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Parry Sound, Ontario — Cette année marque le 100e anniversaire du départ du sergent-major de compagnie Francis Pegahmagabow aux lignes de front de la Grande Guerre. Une impressionnante reproduction de bronze du héros sera dévoilée le 21 juin 2016 lors de la Journée nationale des Autochtones à Parry Sound, en Ontario, à une courte distance de route du lieu de naissance du SMC Pegahmagabow, dans la Première Nation de Wasauksing.

L’étoffe d’un héro

Le SMC Pegahmagabow est vénéré parce qu’il est le Canadien autochtone ayant été le plus décoré durant la Première Guerre mondiale. Il a également compté parmi les 38 militaires canadiens à recevoir la Médaille militaire à deux barrettes, chacune représentant un acte de bravoure.

Il s’est vu décerner sa première médaille en 1917 à la bataille de Passchendaele, l’attaque réussie d’une crête en Belgique tenue par les Allemands qui a coûté la vie à 16 000 alliés. Il a obtenu sa deuxième médaille en 1918, durant ce qui allait s’avérer les cent derniers jours de la guerre, car il est parti à l’assaut sous le feu nourri de l’ennemi afin de ramener des munitions pour ses camarades.

Après son service en temps de guerre, le SMC Pegahmagabow est retourné au Canada, en 1919, et il a continué à prêcher par l’exemple en tant que membre de la milice active non permanente (désormais la Réserve de l’Armée des Forces armées canadiennes), et par sa participation à des activités politiques dans sa communauté, où il a servi en tant que chef et conseiller jusqu’à son décès en 1952.

La fabrication et le dévoilement d’un monument d’une grande valeur

M. Tyler Fauvelle, un sculpteur de Sudbury, en Ontario, a créé une reconstitution de bronze du héros qui sera dévoilée le 21 juin 2016 lors de la Journée nationale des Autochtones à Parry Sound.Des membres de la famille du SMC Pegahmagabow et des invités distingués de diverses communautés de Premières Nations seront présents à l’événement, et il y aura une forte présence militaire, dont le lieutenant-général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne, ainsi qu’une garde d’honneur de 50 militaires.

M. Fauvelle a découvert la remarquable histoire du SMC Pegahmagabow il y a quelques années seulement en lisant Three Day Road, le premier roman de l’auteur à succès Joseph Boyden. Bien qu’il s’agisse d’une œuvre à fiction inspirée des expériences du SMC Pegahmagabow, elle a servi de passerelle pour la vraie histoire.

« Après ma lecture, j’ai commencé à faire de la recherche sur ce héros de la Grande Guerre », s’est souvenu M. Fauvelle. « Je me souviens d’avoir été estomaqué par deux choses : son héroïsme et la honte de ne jamais avoir entendu parler de cet homme extraordinaire. Je trouvais que son histoire devait être plus largement connue et je souhaitais contribuer à son rayonnement. »

Peu de temps après, M. Fauvelle a vu un reportage dans la région sur le SMC Pegahmagabow qui mettait en vedette Roger Chum, président de la Ontario Native Education Counselling Association (ONECA), et il a tendu la main. L’ONECA est un organisme de charité enregistré qui appuie l’éducation des Autochtones.

« Tyler a amorcé la conversation et a dit : ‘Je pensais faire quelque chose du genre depuis un certain temps et je crois qu’un projet qui rendrait hommage à Francis Pegahmagabow serait merveilleux’ », a déclaré M. Chum.

« Nous avons été très impressionnés par la façon dont le milieu militaire a cru en ce projet », a déclaré M. Fauvelle. « L’appui que nous avons reçu et la garde d’honneur, c’est vraiment fantastique. Je crois que tout le monde comprend à quel point cela est spécial, y compris la famille. »

M. Brian McInnes (Ph.D), arrière-petit-fils du SMC Pegahmagabow et professeur à la faculté d’enseignement de l’Université du Minnesota, a expliqué : « Francis croyait en la participation du peuple des Premières Nations dans tous les aspects de la vie canadienne, dont le service militaire, et en la valeur que le Canada pourrait tirer de l’entretien de ces relations distinctes. La présence de l’Armée canadienne au dévoilement du monument est un bel exemple du soutien de sa vision et de son héritage. » M. McInnes a récemment terminé l’écriture d’un livre, Sounding Thunder: The Stories of Francis Pegahmagabow, qui célèbre la vie et les réalisations du SMC Pegahmagabow.

L’ONECA a commandé le monument et a amassé la moitié des 169 000 $ nécessaires pour le réaliser. L’autre moitié a été consentie par le ministère du Patrimoine canadien.

La statue mesure environ trois mètres ou 10 pieds. Elle montre le SMC Pegahmagabow vêtu de son uniforme de guerre avec un aigle au-dessus de lui et un caribou à ses côtés.

« L’aigle est notre connexion avec notre Créateur », a précisé M. Chum. « Il recueille nos messages alors que nous rendons grâce ou prions pour le mieux-être des autres. Le caribou représente le clan familial Pegahmagabow. Je crois que cela reflète la véritable nature de cet honneur. »

M. Fauvelle a fait des recherches exhaustives. Il a notamment discuté avec plusieurs descendants du SMC Pegahmagabow, dont M. McInnes, ainsi qu’avec des historiens.

« Jài parlé à des gens du Musée canadien de la guerre, simplement pour m’assurer que certains des aspects militaires étaient exacts », a ajouté M. Fauvelle. « Nous avons discuté de ce qu’il devrait porter, de l’apparence de son arme, ce genre de choses. Je suis demeuré en contact avec la famille tout au long du processus de sculptage. »

« Tyler était très ouvert à discuter de la façon dont il envisageait son œuvre », a expliqué M. Chum.  « Il nous a apporté un petit échantillon, et c’était parfait dès le départ. Il n’y avait aucune retouche à apporter. Il est tombé en plein dans le mille et lorsque nous l’avons montré aux chefs de Wasauksing, ils ont adoré. » 

Le monument de Pegahmagabow n’est pas la première œuvre de M. Fauvelle consacrée à des héros autochtones : il a également conçu le monument de Shannen Koostachin, militante pour l’éducation dans les communautés autochtones. La statue se trouve à New Liskeard, en Ontario.

M. Fauvelle a mentionné que les personnes héroïques le fascinent depuis son enfance, à l’époque où les exploits fictifs des superhéros ont attiré son attention. Il profite maintenant de l’occasion pour contribuer à raconter l’histoire des héros de la vraie vie. Il a aussi été grandement inspiré par son instructeur d’arts martiaux, Sid Snarr. M. Snarr, qui est décédé en 2007, a combattu durant la Seconde Guerre mondiale et durant le conflit en Corée en tant que membre du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry.

« Il me racontait des choses sur sa vie et il m’expliquait comment c’était à la guerre. Je crois qu’il a été ma première vraie rencontre avec l’héroïsme », a déclaré M. Fauvelle.

« Je crois qu’à partir de maintenant », a-t-il ajouté, « je vais toujours parler de Francis et le faire connaître au plus grand nombre de personnes possible, car je crois qu’il n’y a pas assez de personnes qui connaissent son histoire. Plus j’en parlerai – plus d’autres personnes en parleront – le mieux ce sera. Je crois que j’en parlerai pour le reste de ma vie. »

Source d’inspiration pour les jeunes Autochtones canadiens

M. Chum espère que l’histoire du SMC Pegahmagabow sera une source d’inspiration.

« Je crois que beaucoup de nos jeunes Autochtones au Canada vivent des défis au niveau de leur identité », a-t-il déclaré. « Ils se demandent qu’elle est leur place dans les deux mondes : leur communauté autochtone et leur communauté non autochtone? L’histoire de Francis Pegahmagabow en est le reflet. Il a lutté pour un gouvernement qui un jour aidera les gens à prospérer et à être des partenaires. Les jeunes voient ce qui se passe et ils disent : ‘Nous avons notre histoire et nos héros. Je veux faire partie de cette histoire. Je veux raconter de nouvelles histoires, de belles histoires pour mon peuple.’ J’espère que c’est ce qui se répercutera sur nos jeunes. »

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée, avec des dossiers de Natalie Flynn

Date de modification :