Le Pacifique Nord rencontre le Pacifique Sud lors de l’exercice SOUTHERN CROSS 2016

Article / Le 21 novembre 2016 / Numéro de projet : 16-0244

Par Steven Fouchard, affaires publiques de l'Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Darwin (Australie) — Le Canada et l’Australie ont beaucoup de choses en commun sur le plan historique et culturel, et le 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (4 GPRC) approfondit ces liens grâce à leur échange entre petites unités (EPU) avec les Forces de défense de l’Australie (ADF).

En août, 10 membres du 4 GPRC ont terminé l’exercice SOUTHERN CROSS 2016 (Ex SC16) dans le cadre d’un échange unilatéral entre unités, qui les a amenés au Territoire du Nord de l’Australie pour s’entraîner avec la Force mobile du Nord-Ouest (NORFORCE) de l’ADF. Le 4 GPRC et la NORFORCE sont des unités uniques dans leurs divisions militaires respectives, chargées de patrouiller les vastes régions éloignées – la plus grande différence étant les climats opposés.

L’Ex SC16 était la troisième expérience d’entraînement du 4 GPRC avec la NORFORCE depuis le début de l’échange réciproque en 2011. Le personnel de la NORFORCE s’est entraîné avec le 4 GPRC dans l’Ouest canadien à l’automne 2015.

L’équipe du 4 GPRC sur l’Ex SC16, composée de 8 Rangers canadiens, qui sont des réservistes ou des soldats à temps partiel, et d’un capitaine et d’un adjudant à temps plein de la Force régulière, est arrivée à Darwin, la capitale du Territoire du Nord, le 10 août. Une brève période d’acclimatation dans la ville, qui accueille le quartier général de la NORFORCE, a permis de s’ajuster à la chaleur et à l’humidité intenses de la région, et de suivre un entraînement préparatoire, y compris des briefings sur la flore et la faune, plus précisément les variétés dangereuses (ce qu’elles semblent presque toutes être).

Le capitaine Geoff Robinson, chef d’équipe pour l’exercice, explique que les similarités entre l’isolement, l’accent sur la patrouille et même l’histoire créent des parallèles uniques dont les deux unités peuvent tirer parti.

« Notre méthode et lieu d’entraînement se ressemblent beaucoup, » dit le Capt Robinson. « Nous travaillons et nous nous entraînons dans des régions éloignées du l’Ouest canadien où il y a de grandes distances entre les collectivités et la NORFORCE a une zone d’opération semblable dans leurs régions nordiques. »

Une fois déployée sur le terrain, l’équipe du 4 GPRC s’est engagée sur la patrouille à long rayon d’action dirigée par la NORFORCE, couvrant près de 5000 km dans le littoral et la cambrousse accidentés du Territoire du Nord. L’entraînement consistait en des défis liés à la mobilité sur l’eau et sur le terrain, en de la navigation et des renseignements de survie, avec des arrêts pour vivre des expériences culturelles à Nhulunbuy, Borroloola, Alice Springs et Uluru.

Le lieutenant-colonel Russ Meades, commandant du 4 GPRC, dit qu’un processus en vue de reconnaître la valeur mutuelle du lien entre les deux unités en entretenant une alliance formelle est également en cours.

« C’est mon intention de traduire l’élan que nous avons gagné avec la NORFORCE vers une relation continue et significative de laquelle nous pouvons continuer d’apprendre. Une alliance formelle n’est pas quelque chose que nous proposons à la légère, mais j’ai bon espoir que nous réussirons cette démarche. »

Bien que la relation doive toujours se concrétiser, le Lcol Meades dit qu’il pense que les deux organisations rendront hommage régulièrement à l’autre, peut-être en soulignant à l’unisson des évènements comme la journée commémorative de l’ANZAC, qui est une commémoration de la première bataille importante à laquelle ont participé les forces australiennes et néo-zélandaises pendant la Première Guerre mondiale.

« Je vois la NORFORCE faire partie de la culture et de la tradition du 4 GPRC, » dit-il. Par exemple, lorsqu’ils défilent à Darwin à 6 h le 25 avril pour souligner la journée de l’ANZAC, le fait qu’ils soient 17,5 heures en avance n’est pas une raison pour ne pas défiler et reconnaître leur sacrifice et notre unité. Des gestes comme ceux-là, je crois, tissent des liens et donnent un sens aux gens. »

 Le Lcol Meades ajoute que les bienfaits de l’échange dépassent largement l’exercice.

« Certainement au niveau tactique, nous cherchons à partager les meilleures pratiques entre deux organisations très semblables et uniques, et il y a des gains à faire au niveau du potentiel de recrutement et de rétention. Mais au niveau stratégique, nous contribuons à une relation déjà très positive entre deux pays du bassin du Pacifique. »

La NORFORCE visitera le 4 GPRC en octobre 2017 dans le cadre de l’exercice NORTHERN LIGHTS 17. Le Canada n’a peut-être pas la réputation de l’Australie comme quoi que « tout peut vous tuer », mais le Lcol Meades dit que l’expérience offrira un bon défi.

« Nous ne les placerons pas dans les profondeurs de l’hiver nordique canadien. Ça pourrait être un certain choc pour le système quand tu arrives d’une température de 38 degrés Celsius et 85 pour cent d’humidité. Mais nous allons leur faire vivre une bonne expérience unique et authentique des Rangers canadiens. Nous les exposerons aux habiletés des Rangers, à l’instruction de survie, à la mobilité et bien sûr, à certains aspects culturels uniquement canadiens. »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :