ARCHIVÉE - Le VBL – La pierre angulaire des forces nationales et opérationnelles de l’Armée canadienne

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article / Le 3 février 2015 / Numéro de projet : 15-0031

Ottawa (Ontario) — Les militaires canadiens peuvent se fier à la mobilité et à la sécurité que confère le véhicule blindé léger III (VBL III), conçu expressément pour les terrains extrêmement difficiles et complexes et utilisés dans ceux-ci, notamment en Afghanistan et dans le cadre d’autres conflits.

Élaboré par l’Armée canadienne (AC) en réponse à un besoin récurrent en matière de véhicules blindés légers à haute mobilité, le VBL III est un véhicule de transport de troupes blindé à roues, pouvant être utilisé dans n’importe quelle condition météorologique et dans la plupart des terrains, y compris dans des étendues d’eau à fond dur dont la profondeur peut atteindre 1,5 mètre. Il possède deux modes – quatre roues motrices et huit roues motrices – et peut rouler jusqu’à 100 kilomètres à l’heure sur route.

Le VBL III est un gros véhicule de combat relativement lourd qui est doté d’un armement sophistiqué, y compris une tourelle biplace comprenant un canon Bushmaster M242 stabilisé de 25 mm ainsi qu’une mitrailleuse coaxiale C6 de 7,62 mm. Il peut également être équipé d’un blindage additionnel pour une protection accrue, au besoin.

Contrairement aux véhicules chenillés comme le véhicule de transport de troupes blindé M113, les véhicules à roues comme le VBL permettent un mouvement plus discret dans le cadre des opérations tactiques et ont une garde au sol généralement plus élevée, ce qui facilite l’évitement d'obstacles. Ils sont aussi considérablement plus confortables, plus rapides à manœuvrer et beaucoup plus faciles à entretenir.

Parmi leurs autres avantages, les véhicules à roues peuvent effectuer une transition rapide entre les surfaces dures comme les routes et les surfaces plus molles hors route en ajustant leur système central de pression des pneus, de façon à améliorer leur adhérence avec le sol et, par le fait même, leur stabilité. Cette capacité confère aux équipages la souplesse nécessaire pour manœuvrer dans une multitude de situations possibles au cours des opérations.

Les VBL de l’Armée ont parcouru plus de 15 millions de kilomètres jusqu’à maintenant. Selon une moyenne de 3 soldats par équipage (un nombre conservateur considérant que le VBL III peut transporter jusqu’à 10 personnes, selon le modèle), cela représente 75 millions de kilomètres-soldats parcourus avec ce véhicule, souvent dans des terrains difficiles et durant des opérations de combat. Le taux de perte relativement faible témoigne de l’excellence de la formation des équipages et de la qualité du véhicule.

Tant durant les activités d’entraînement de l’AC que durant les opérations de combat réelles, les tactiques et procédures ainsi que les capacités du VBL lui-même sont axées sur la réduction des risques pour les équipages qui se trouvent dans les véhicules. L’AC retient continuellement des leçons de ses opérations et de ses activités d’entraînement afin d’améliorer la sécurité et l’instruction à venir.

L’Armée canadienne appuie activement les efforts du gouvernement visant à promouvoir, auprès de ses alliés et de ses clients potentiels, ce véhicule largement utilisé, qui est conçu et construit au Canada. Certains de nos alliés, y compris la Nouvelle-Zélande, dépendent eux aussi des capacités du VBL III et de la sécurité qu’il confère.

Bref, le VBL représente la pierre angulaire de la flotte de véhicules de combat de l’Armée, et le demeurera pendant de nombreuses années à venir.

Conformément à la Stratégie de défense Le Canada d’abord, le gouvernement s’engage à fournir aux Forces canadiennes l’équipement dont elles ont besoin pour mener leurs missions à bien.

L’AC compte rendre le VBL III encore meilleur qu’il ne l’est. Elle modernisera sa flotte pour s’assurer que les VBL conservent un haut niveau de protection et demeurent mobiles du point de vue opérationnel et très agiles sur le plan tactique. Ainsi, ils continueront d’être la capacité de base des forces opérationnelles nationales et tactiques, et leur cycle de vie sera prolongé jusqu’en 2035.

Le projet de modernisation des véhicules blindés légers III, annoncé en juillet 2009, permettra la mise à niveau de la flotte de VBL III afin d’en améliorer la protection, la mobilité et les effets létaux, tout en maximisant les facteurs de soutien au commandement et d’interface humaine.

Le nouveau véhicule, le VBL 6.0, est équipé d’un moteur plus gros et plus puissant, et d’une toute nouvelle transmission conçue par General Dynamics Land Systems – Canada (GDLS-C). Il comprend aussi une coque optimisée pour le confort et la protection des occupants. Le canon de 25 mm demeure inchangé, mais la tourelle est plus large et dotée d’un nouveau système de contrôle du tir intégré. Plus de 60 VBL modernisés ont déjà été livrés et sont actuellement en utilisation.

Par Lynn Capuano, Affaires publiques de l’Armée

Date de modification :