Les Rangers canadiens approuvent de nouveaux fusils plus petits et plus puissants

Article / Le 28 septembre 2015 / Numéro de projet : 15-0148

Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest — Les Rangers canadiens font leurs adieux au fusil de chasse qui les a bien servis pendant près de 70 ans et les réactions face à son remplacement sont positives.

Le nouveau prototype de fusil, le C-19, a été conçu par l’entreprise Sako, en Finlande, selon le modèle FTC Tikka T3. Colt Canada s’occupera de la fabrication.

« Comme chasseur avec des antécédents d’armurier, j’étais pas mal impressionné, » dit l’adjudant Luke Foster, qui a fait partie du processus de sélection par l’Armée canadienne du C‑19. Les premières livraisons de la C-19 vont commencer en 2016.

« J’ai visité l’usine, » ajoute l’Adj Foster. « Ils ont une assurance de la qualité exceptionnelle. Je n’ai aucun doute que Colt Canada sera en mesure de satisfaire aux normes établies pour ce fusil. »

Les Rangers canadiens sont un sous-élément de la Force régulière des Forces armées canadiennes (FAC). Leur mission consiste à fournir des forces légèrement équipées, mobiles et autonomes en appui à la souveraineté et aux opérations nationales des FAC au Canada. Ils sont les yeux et les oreilles des FAC dans les régions éloignées et ils partagent leur expertise et leurs conseils pendant les opérations et les exercices avec les soldats de la Première réserve et de la Force régulière.

Il y a également le programme des Rangers juniors canadiens, qui offre à des jeunes de 12 à 18 ans l’occasion d'acquérir un large éventail de compétences et d’apprendre sous la supervision des Rangers canadiens. Leurs activités aident à préserver la culture, les traditions et les coutumes de leurs collectivités et favorisent le civisme, la responsabilité au sein de la collectivité, l’hygiène de vie et le bien-être ainsi que l’estime personnelle. Bien que les Rangers juniors canadiens apprennent les fondements de l’adresse au tir, ils ne portent pas d’arme.

Les Rangers canadiens sont équipés du Lee Enfield .303, fabriqué au Canada, depuis 1947 et l’Adj Foster explique que son remplacement comprend les mêmes caractéristiques; une indication des qualités durables de la vieille arme.

Néanmoins, son âge avancé signifie que les pièces de rechange sont de plus en plus difficiles à obtenir et pourraient être complètement indisponibles d’ici 2017. Pour cette raison, les fusils endommagés ont dû être remplacés plutôt que réparés dans les dernières années et les stocks sont presque épuisés.

« [Le Lee Enfield] a prouvé sa valeur, mais il est temps que ce fusil prenne sa retraite, » ajoute l’Adj Foster. « C’était une nécessité absolue. »

Le C-19 de calibre .308 est une version améliorée du Lee Enfield en termes de puissance pure, qui est un facteur important dans les zones opérationnelles des Rangers où la menace la plus importante est les animaux sauvages dangereux.

« Lors de notre essai, nous avons utilisé le pire scénario, » explique l’Adj Foster. « Nous avons essayé les munitions avec un substitut d’objectif pour nous assurer qu’elles permettent d’arrêter un ours polaire en colère. Nous sommes convaincus que les munitions surpassent le calibre .303 actuel. »

Le viseur C-19 à acquisition rapide, qui a été fabriqué par Sako pour satisfaire spécifiquement aux exigences des Forces armées canadiennes, aidera également, permettant aux Rangers d’identifier tôt et rapidement de telles menaces jusqu’à une distance de 600 mètres.

« Il possède un logement circulaire du guidon qui correspond exactement à l’ouverture à l’arrière, » explique l’Adj Foster. « Lorsque vous portez le fusil à l’épaule, vos yeux s’alignent automatiquement à ces cercles. Vous pouvez obtenir très rapidement l’image de visée. »

Le C-19 est aussi plus léger, plus court et, ajoute l’Adj Foster,  « considérablement plus précis. » Son canon robuste est plus épais et plus durable. La durabilité était, bien entendu, un facteur déterminant : le fusil C-19 a été tiré 8000 fois lors de l’essai sans défaillances importantes. « Et il a gardé sa haute précision pendant ces 8000 coups, » note-t-il.

Les pièces qui seraient de plastique sur les autres fusils de chasse sont faites en alliage d’aluminium sur le C-19 en raison des exigences liées aux températures froides. Le viseur arrière, dit l’Adj Foster, « est fait d’acier usiné robuste. »

L’essai se fondait sur les normes de l’OTAN pour les fusils militaires et comprenait une immersion en eau salée, et un test à la chaleur, l’humidité et au froid extrême.

« Il s’agit d’un test normal que l’on fait pour tout fusil militaire, mais il s’agit d’un fusil de chasse. Il est beaucoup plus robuste que ce qu’on achète sur le marché civil, c’est certain, » ajoute l’Adj Foster.

Le projet du C-10 des FAC est en cours depuis cinq ans. On a sondé les Rangers pour déterminer ce qu’ils aimeraient avoir sur une nouvelle arme. Des essais supplémentaires commenceront en novembre et les commentaires des Rangers canadiens aideront à déterminer si on peut améliorer le prototype.

 « Dans l’ensemble, les commentaires ont été très positifs, » dit l’Adj Foster. « [Les Rangers canadiens] étaient très satisfaire du fusil. Nous étions très à l’aise de distribuer ce fusil aux Rangers canadiens sachant que nous avons fait preuve de diligence raisonnable pour nous assurer qu’il fonctionne lorsqu’on en a le plus besoin. »

Le sergent Brenda Johnson des Rangers de Fort Smith, membre du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens depuis plus de 20 ans, est d’accord que le C-19 est un atout.

« Je l’aime beaucoup jusqu’à maintenant. Je crois que ce sera un très bon fusil pour nous. »

En plus du recul réduit, le Sgt Johnson dit qu’elle apprécie le levier de culasse surdimensionné, qui rend le fusil plus facile à manipuler lorsqu’on porte des gants chauds. Elle ajoute que la monture peut être ajustée à la longueur du bras de l’utilisateur.

Bien que le Sgt Johnson ajoute qu’elle aimerait que de petits changements soient apportés au viseur à acquisition rapide, elle ajoute qu’elle trouve le C-19 « beaucoup plus pratique et convivial. »

« Dans l’ensemble, je crois que l’opinion générale est qu’il s’agit d’un bon fusil; un bon ajout, ça c’est sûr. »

Écrit par Steven Fouchard, affaires publiques de l'Armée

Date de modification :