Prenez l’été d’assaut avec Fortissimo

Article / Le 15 juillet 2019 / Numéro de projet : 19-0095

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par le sous-lieutenant James Benning, affaires publiques de la Garde de cérémonie

Ottawa (Ontario) — Cette activité ne pouvait être baptisée « pianissimo », terme qui signifie « jouer très faiblement ».

Jouer très faiblement, ce n’était pas possible; pas avec les grosses caisses retentissantes et les éclats des cuivres et des instruments à anche des grosses fanfares militaires.

Ce n’est pas plus possible avec le son inspirant des douzaines de cornemuses et les pétarades des dizaines de caisses claires.

Ce n’est pas davantage possible avec les sons et les odeurs des reconstitutions des manœuvres sur le champ de bataille du XIXe siècle, où les mousquets crachent le feu.

Ce n’est pas possible en raison du vrombissement des jets de l’Aviation royale canadienne survolant la foule.

C’est impossible avec le retentissant crescendo de l’orchestre de musiciens et les obusiers exécutant l’Ouverture solennelle 1812 de Tchaïkovski.

En raison de cet important et impressionnant déploiement, la foule comprendra très facilement et très rapidement pourquoi cette prestation musicale militaire spectaculaire est appelée « fortissimo », un terme qui, en musique, signifie « jouer TRÈS FORT ».

Et c’est assurément ce que font les musiciens.

Cette année, Fortissimo offrira de nouveau des prestations sur la Colline du Parlement, du 18 au 20 juillet, à 19 h. Cette activité promet d’offrir deux bonnes heures de spectacle stimulant et de sensations fortes, remplies de traditions nouvelles et anciennes, de moments magiques et de plaisir pour toute la famille.

Ce spectacle somptueux et extraordinaire qui a été conçu pour le parterre de la Colline du Parlement met en vedette les militaires de la Garde de cérémonie et des artistes invités de partout dans le monde. C’est un événement phare de la capitale nationale auquel des milliers de personnes ont assisté depuis ses débuts, en 1997.

L’activité Fortissimo 2019 comprendra des prestations de différents regroupements de musiciens et militaires, notamment :

  • La Garde de cérémonie, constituée de plus de 400 membres des Canadian Grenadier Guards et du Governor General’s Foot Guards;
  • La Musique centrale des Forces canadiennes;
  • Le collectif du Corps de cornemuses des différentes unités des Forces armées canadiennes;
  • Les SkyHawks, l’équipe de parachutistes des Forces armées canadiennes, qui exécuteront des acrobaties aériennes;
  • Les canons du 30e Régiment d’artillerie de campagne de l’Artillerie royale du Canada;
  • Le Royal Hamilton Light Infantry (Wentworth Regiment) 13th Battalion Ceremonial Guard;
  • La Musique du Royal Hamilton Light Infantry;
  • Le carillonneur du Dominion, qui fera sonner les cloches de la tour de la Paix;
  • Les joueurs de tambour et les danseurs autochtones de Kitigan Zibi Anishinabeg, du Québec;
  • L’Aviation royale canadienne, qui effectuera un survol de la foule;
  • L’Orchestre des Forces armées nationales de la Lettonie.

Mélangeant traditions nouvelles et anciennes, Fortissimo raconte l’histoire des Forces armées canadienne, célèbre leur passé tout en demeurant tourné vers l’avenir. L’activité tire ses origines de deux activités que les militaires exécutaient traditionnellement à la fin de chaque jour.

Au crépuscule, les militaires tiraient l’appel du soir, se réfugiaient ensuite dans des villes et des camps fortifiés, verrouillaient le portail et descendaient le drapeau pour la nuit. On a donné le nom de « retraite » à cette cérémonie. Puisque l’activité se déroulait au son du tambour, le terme « battre la retraite » lui a été accolé.

La seconde activité à l’origine de cette tradition avait lieu peu après. Au moment où l’on exécutait les rondes de contrôle des sentinelles, la sonnerie du clairon indiquait que la première et la dernière sentinelles étaient à leur poste respectif. Pendant que les sentinelles prenaient position, le tambour jouait, ce qui était le signal pour les autres militaires que l’heure était venue de regagner leur caserne. Cette cérémonie portait le nom de « Tattoo ».

On pense que l’origine du mot « Tattoo » vient de l’expression néerlandaise « die den tap toe », qui signifie « le moment de fermer les robinets de la taverne ». Son origine remonte à la fin du XVIIe siècle et est associée à la pratique consistant à demander à un joueur de tambour de signaler aux taverniers et aux aubergistes d’arrêter de servir de la bière, et aux militaires de retourner à leur caserne.

Pour l’adjudant Kazimierz Rutkowski, quartier-maître régimentaire de la Garde de cérémonie, le fait saillant du spectacle est toujours la prestation du Royal Hamilton Light Infantry (RHLI) (Wentworth Regiment) 13th Battalion Ceremonial Guard, lorsqu’ils exécutent une reconstitution du métier de soldats dans les années 1860.

« J’ai réellement hâte de voir les prestations du RHLI cette année », souligne l’Adj Rutkowski, « Le style de leur prestation est tout à fait unique et la présence des mousquets ajoute toujours quelque chose de particulier au spectacle. » Le 13e Bataillon de la Garde de cérémonie du RHLI a été mis sur pied en 2008 et il profite du soutien de la fondation régimentaire. Les membres du RHLI portent les uniformes et les armes en usage à l’époque de la création initiale du régiment, en 1862. Ils exécutent également les différents exercices – à pied, avec le fusil et tactiques – en vigueur à cette même période.

Pour bien des gens, Fortissimo constitue également l’occasion de découvrir les traditions et l’histoire d’autres pays.

Le caporal Élise Rossignol, qui fait actuellement partie de la Garde de cérémonie et qui est une habituée des cérémonies de relève de la garde et de Fortissimo, a déjà travaillé avec les membres des Forces armées nationales de la Lettonie, qui cette année ont envoyé leur orchestre d’état-major à titre d’artiste invité.

« Fortissimo me donne l’occasion de travailler avec des gens d’autres pays. C’est très stimulant de pouvoir passer du temps avec les militaires lettons avec lesquels je me suis entraînée à l’étranger », explique le Cpl Rossignol. Au cours des dernières années, Fortissimo a accueilli des artistes invités d’Allemagne et des États-Unis. Grâce à des activités comme Fortissimo, nous sommes en mesure de rendre hommage à notre passé militaire en compagnie d’autres pays alliés tout en renforçant nos liens avec ces mêmes pays alors que nous continuons à aller de l’avant.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :