ARCHIVÉE - Programme d’initiation au leadership à l’intention des Autochtones – la puissance des Forces réside dans leur diversité

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Galerie d'images

Article / Le 19 mars 2015 / Numéro de projet : 14-0263

Kingston, Ontario — En métallurgie, le terme anglais « alloy » (alliage) signifie un produit composé d’un ou de plusieurs métaux. À titre d’exemple, l’acier est un alliage dont les principales composantes sont le fer et le carbone, ce qui le rend incroyablement fort. La puissance des Forces armées canadiennes (FAC) réside dans la diversité de ses membres, qui proviennent entre autres des communautés des Premières nations, inuites et métisses du Canada.

Le Programme d’initiation au leadership à l’intention des Autochtones (PILA), offert au Collège militaire royal du Canada (CMRC), en Ontario, est un programme d’un an qui vise à permettre aux stagiaires d’ascendance autochtone de se familiariser avec le milieu militaire et de recevoir de l’instruction dans diverses compétences clés liées au leadership. Grâce au PILA, les participants acquièrent divers ensembles de compétences et obtiennent des crédits leur permettant de poursuivre leurs études postsecondaires.

Actuellement à sa septième édition, le PILA, d’une durée de 10 mois, accueille en moyenne 18 à 20 stagiaires par année. La sélection au programme est compétitive. Les demandes de participation au Programme proviennent d’un peu partout au pays et sont examinées par un comité de sélection composé de représentants de l’Académie canadienne de la Défense, du Groupe du recrutement des Forces canadiennes, de dirigeants universitaires du CMR et de conseillers autochtones. La sélection des participants est basée sur les résultats scolaires et la culture. Le PILA permet aux participants de vivre une expérience d’un an en matière d’éducation et de leadership des plus positives et des plus enrichissantes. Le Programme comprend des activités sportives, des sorties sur le terrain, le perfectionnement du leadership, de l’instruction militaire, des activités axées sur la culture et des plans d’apprentissage individuels. Par l’intermédiaire de ces plans d’apprentissage, les stagiaires participent à des tutorats individuels et en petits groupes pour les cours préuniversitaires (sans crédit) et les cours universitaires de première année (crédits).

Le PILA « constitue une occasion pour les communautés autochtones de former des leaders et d’influencer les politiques du gouvernement », a expliqué l’adjudant Brian Highfield, commandant de l’Escadron PILA. « Mon travail consiste à mettre les jeunes hommes et les femmes au défi d’assumer un rôle de leadership », a affirmé l’Adj Highfield. « C’est une occasion pour eux de se perfectionner. »

« Le CMR est réputé pour former des leaders », a-t-il ajouté. « L’un des adages du CMR est d’ailleurs des « officiers bien instruits. »

Les stagiaires sont enrôlés dans les Forces pendant un an en tant qu’élèves-officiers et ils bénéficient du remboursement des frais de scolarité, ils reçoivent des manuels de cours et l’accès à toutes les exigences scolaires, tout comme les autres cadets du CMR. À la fin de l’année, les diplômés ont plusieurs options. Ils peuvent choisir de présenter une demande pour poursuivre leurs études au CMR dans un programme universitaire, soit le Programme de formation des officiers de la Force régulière ou le Programme de formation (Intégration à la Réserve), de réintégrer leur communauté ou de fréquenter un établissement postsecondaire de leur choix.

Élève-officier Taylor Strickland, un Métis de 22 ans de Calgary, en Alberta, a étudié dans une université civile avant d’être accepté au PILA. Selon lui, la nature du programme, axé sur les tâches, représente un bon défi.

« Cela a représenté un beau défi; probablement le plus difficile que je n’ai jamais eu à relever », a affirmé l'Élof Strickland. « J’en sors assurément grandi ».

« Mon objectif est de m’enrôler dans le programme des élèves-officiers », a-t-il déclaré. « Le milieu militaire m’a toujours intéressé. Mon arrière-grand-père et mon grand-oncle ont y servi. J’ai toujours tenu les militaires en haute estime. J’ai toujours voulu servir mon pays et faire partie d’une chose plus grande que moi. »

Élève-officier Trista Bomberry, une stagiaire de 20 ans du PILA de la communauté Six Nations, une petite communauté près d’Hamilton, en Ontario, a déjà étudié dans un collège régulier. Elle apprécie elle aussi les défis et elle est d’avis que le PILA représente une bonne transition vers l’université par rapport à l’environnement collégial qu’elle a expérimenté.

« Je me suis dit que le [PILA] serait pour moi une bonne occasion de terminer mes études postsecondaires et d’acquérir davantage d’aptitudes en matière de leadership », a déclaré l'Élof Bomberry. « J’espère pouvoir fréquenter le CMR à nouveau en tant que cadet de première année et m’inscrire au programme d’administration des affaires.

« Au début, j’ai dû faire beaucoup de changements à mon style de vie », a-t-elle déclaré. « Beaucoup de petites choses ont eu l’effet d’un gros changement dans ma vie », a-elle déclaré.

l'Élof Bomberry a affirmé « J’ai appris à me discipliner et à foncer. Bien que mon esprit me dise d’abandonner, je réussis toujours à surmonter les défis et les obstacles », a-t-elle déclaré.

Il y a place pour la croissance du PILA – et la volonté pour le faire –, ce qui permettrait d’accroître la sensibilisation du public à l’égard du Programme.

« J’aimerais apporter le programme à un autre niveau et intégrer un pow-wow traditionnel à la cérémonie de remise des diplômes des élèves-officiers », a déclaré l’Adj Highfield. « J’adorerais le [PILA] voir prendre de l’expansion. Ce serait une bonne occasion pour la communauté et le milieu militaire – pour tout le monde.

« Nous recrutons de plus en plus de recrues avec un niveau de scolarité plus élevé », a-t-il expliqué. « Nous souhaitons que les stagiaires réussissent dans toutes les composantes du Programme – pas seulement dans le domaine militaire et du leadership – mais nous voulons également nous assurer que les cadets réussissent leurs cours universitaires. Nous observons qu’ils sont de plus en plus en mesure d’effectuer leurs cours universitaires et de réussir », a affirmé l’Adj Highfield.

Les Premières nations, les Inuits et les Métis font partie d’équipes dynamiques de professionnels et de leaders qualifiés des FAC. Le PILA fait partie de plusieurs programmes autochtones offerts par les FAC, qui comprend également les programmes d’instruction d’été BOLD EAGLE, RAVEN et BLACK BEAR ainsi que le Programme d’enrôlement des Autochtones des Forces canadiennes (PEAFC).

Des ressources supplémentaires veillent à ce que les Autochtones soient représentés au sein du Ministère. Le Groupe consultatif des Autochtones de la Défense (GCAD) des FAC, qui en est à sa 20e année d’existence, informe les commandants militaires sur les enjeux et les tendances d’importance qui ont une incidence sur le rôle et la qualité de vie des Autochtones qui servent dans les Forces et ceux qui soutiennent nos membres en uniformes. Organisation de bénévoles locale, le GCAD soutient la chaîne de commandement dans son mandat visant à accroître la sensibilisation aux enjeux liés aux Autochtones, à leur recrutement et à leur maintien en poste.

Le GCAD offre également une tribune pour les Autochtones afin qu’ils puissent se réunir et s’appuyer les uns les autres et affirmer leur identité culturelle, spirituelle et traditionnelle unique au sein du ministère de la Défense nationale (MDN) et des FAC. De plus, le GCAD formule des conseils essentiels aux leaders du MDN et des FAC afin d’identifier les problèmes systémiques actuels et de déterminer les incidences des politiques et initiatives futures sur le peuple autochtone.

Le lieutenant-général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne, est le champion des Autochtones pour le MDN et les FAC.

Le Lgén Hainse assiste à la cérémonie de remise des diplômes du PILA chaque année, il remet personnellement le certificat à chaque diplômé. Il a également rendu visite au groupe du PILA 2014-2015 au CMR en décembre dernier, où il s’est adressé aux stagiaires et a dîné avec eux, leur permettant d’échanger leurs histoires et leurs expériences avec lui.

« La mobilisation de jeunes Canadiens fait partie de l’investissement stratégique pour la disponibilité opérationnelle future de l’Armée canadienne », a déclaré le Lgén Hainse. « Le développement et la promotion de partenariats avec les jeunes autochtones du Canada constituent un élément important de cet investissement. »

« Les Forces canadiennes continueront de célébrer les contributions des Autochtones à l’armée, et elles continueront d’améliorer leur travail continu avec les communautés et les leaders dans le but d’accroître la connaissance de ce que peuvent offrir les FAC », a-t-il déclaré.

« Le PILA représente une occasion pour la communauté autochtone de faire en sorte que les jeunes hommes et les jeunes femmes deviennent les leaders de demain », a déclaré l’Adj Highfield. « Cela leur permet de vivre quelque chose de différent. »

« J’ai appris que je peux faire pratiquement n’importe quoi. Je peux surmonter les obstacles du passé et, bien que certains jours je sois super occupée, je réussis à terminer ce que j’ai entamé », a déclaré l'Élof Bomberry.

« C’est un bon programme pour les Autochtones qui ne savent pas vers quelle carrière se tourner après le secondaire », a-t-elle déclaré. « J’en apprends sur d’autres cultures et j’apprends de nouvelles choses chaque jour, des choses que je pourrai mettre en pratique tout au long de ma carrière. »

L'Élof Strickland affirme « Ce programme m’a assurément ouvert les yeux. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi amusant. Même si certains jours, ça représente tout un défi, je suis prêt », dit-il.

« Si vous vous sentez d’attaque, ce programme est certainement pour vous si vous êtes Autochtone. Tirez-en avantage. Ce programme m’a assurément changé », a affirmé l'Élof Strickland.

Pour en savoir davantage sur le PILA, consultez le site : http://www.forces.ca/fr/page/lesautochtones-93

Par Michael Timmermans, Affaires publiques de l’Armée

Date de modification :