Restauration d’un rare camion militaire de marque Cadillac datant de 1912 au musée de Shilo

Article / Le 13 avril 2017 / Numéro de projet : 17-0029

Par Kathleen Christensen, curatrice, Musée de l’Artillerie royale canadienne

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Shilo (Manitoba) — En août 2016, le Musée de l’Artillerie royale canadienne (ARC), à la BFC Shilo, s’est procuré un camion militaire de marque Cadillac de l’époque de la Première Guerre mondiale construit en 1912 et utilisé au Camp Hughes, importante base d’entraînement canadienne située près de Winnipeg. Le véhicule constitue un ajout exceptionnel au parc de véhicule du Musée et provient de la collection du Manitoba Antique Automobile Museum d’Elkhorn, au Manitoba.

Bien que ce ne soit pas encore confirmé, outre les renseignements tirés des dossiers du Manitoba Antique Automobile Museum, le camion porte aussi des traces de l’histoire. De la peinture militaire se trouve sur la boiserie, le train de roulement, de même que sur des parties des rayons de roue et la manivelle. La carrosserie laisse voir des traces anciennes de la modification du véhicule, à savoir la transformation d’une limousine en un camion, comme à l’heure actuelle. De nombreux véhicules du Camp Hughes ont été ainsi modifiés dans les ateliers de mécanique du camp. Il était vraisemblablement utilisé pour le transport des troupes et des approvisionnements dans le camp, qui porte le nom du major-général Sir Sam Hughes, ministre de la Milice et de la Défense pendant la Première Guerre mondiale. Le camp est devenu un site historique national en 2016.

Cadillac a construit beaucoup de véhicules pour l’armée américaine pendant la Première Guerre mondiale. Cependant, un seul autre modèle 30 de marque Cadillac de l’époque de la Première Guerre mondiale figure au registre des véhicules historiques des États-Unis. Il n’a pas été modifié de son utilisation comme voiture de tourisme, bien qu’il fût utilisé comme voiture de tourisme pour le YMCA pendant la Première Guerre mondiale en Europe. Un site Web consacré au véhicule déclare qu’il s’agit de l’unique Cadillac de l’époque de la Première Guerre mondiale. Le camion pouvait transporter six personnes et leur équipement et pouvait atteindre une vitesse d’environ 90 kilomètres à l’heure.

Après cette utilisation, le camion a appartenu à un service de buanderie local, puis au garage Osbourne Garage. On peut toujours voir le nom du garage sous les couches de peinture qui recouvrent la boîte arrière. Il a été acquis en 1961 par le collectionneur automobile manitobain Isaac Clarkson, à l’origine d’une grande partie de la collection du Manitoba Antique Automobile Museum. Étant donné l’histoire et la détérioration du camion, le Manitoba Antique Automobile Museum a reconnu que le Musée de l’ARC était en meilleure position d’en prendre soin et d’en faire la restauration. À la suite de négociations s’échelonnant sur quelques mois, le Manitoba Antique Automobile Museum a transféré en 2015 la propriété du camion au Musée de l’ARC, sans aucuns frais.

Lorsque le camion a été acheté, il nécessitait de nombreux travaux de restauration. Il manquait un siège, la garniture était déchirée, il avait été gravement endommagé par les intempéries et le moteur était grippé et manquait des pièces. Les pneus étaient terriblement vieillis, bien que les roues soient relativement solides et toujours dotées des rayons originaux. La carrosserie, bien que stable, était endommagée et recouverte d’une peinture érodée. 

Les travaux de restauration sont en cours. On a commandé et installé une reproduction des pneus. Pour réaliser la restauration des roues, il a fallu les désassembler, les repeindre et les reconstruire. La toile et la garniture ont été mesurées aux fins de reproduction. On a conservé l’ensemble du matériel original.

Une fois la restauration de la carrosserie terminée, il a été exposé au Musée de l’ARC pendant l’exposition temporaire de 2016 La Somme : La mécanisation de la guerre 1916-1917, du 1er juillet au 16 décembre 2016. 

L’utilisation de tels véhicules pour le transport et le remorquage de pièces d’artillerie a débuté pendant la Première Guerre mondiale et illustre bien la mécanisation de la guerre.

On a confirmé le financement pour achever la restauration et remettre le camion en état de fonctionnement. À ce jour, on a consacré 300 heures à la restauration du véhicule.

Heureusement, le camion de 105 ans est entre de très bonnes mains, à savoir celles du sergent (à la retraite) Robert Love, du Musée de l’ARC, qui l’admire de loin depuis bien des années.

« J’avais tout d’abord remarqué le camion qui dépérissait au musée d’automobiles d’Elkhorn [l’actuel Manitoba Antique Automobile Museum] vers la fin des années 1970, alors que j’étais un jeune réserviste. Le camion m’est resté à l’esprit pendant des décennies, » affirme-t-il. Les choses se sont enchaînées et lorsqu’on a su que le Manitoba Antique Automobile Museum cherchait à se départir de certains de ses projets non restaurés, il a gentiment transféré le véhicule au Musée de l’ARC.

Le sergent (retraité) Love jouit d’une vaste expérience de la restauration de voitures d’époque, qui remonte à son secondaire. Après s’être enrôlé dans la Réserve de l’Armée à 16 ans, il a remis à neuf son premier camion militaire, un Dodge M37 de 1952, et il l’a conduit à l’école l’année suivante. Ce n’était que le début de la passion de toute une vie.

Le Musée de l’ARC a reçu l’information sur la voiture du centre du patrimoine de General Motors selon le numéro de série du moteur. Une copie du registre montre qu’il s’agissait d’une limousine bleue construite en décembre 1911 et qu’elle a été envoyée au Cadillac Motor Sales à Winnipeg. « Comment il est passé de limousine à petit transport de troupes restera probablement un mystère à jamais, » dit-il.

Le Sgt (retraité) Love a passé tout près de 23 ans comme technicien de véhicules dans la Force régulière de l’Armée canadienne avant de prendre sa retraite en 2003. Il a également passé 20 mois en Afghanistan entre 2008 et 2011 comme entrepreneur civil avant d’accepter le poste comme technicien de maintenance du matériel au Musée de l’ARC en 2014.

« Mon poste actuel est l’emploi de mes rêves : réparer, exploiter et mettre en montre des équipements anciens, dont certains correspondent exactement à l’équipement avec lequel j’ai travaillé pendant ma jeunesse », ajoute-t-il.

Le Musée de l’Artillerie royale canadienne – le musée national de l’artillerie du Canada – est dévoué à raconter l’histoire complète de plus de 200 000 artilleurs canadiens qui ont servi le Canada en temps de guerre et de paix depuis 1855. Le Musée de l’ARC, établissement primé, est l’un des plus importants musées militaires au Canada. De nombreuses expositions interactives de même que des vidéos y font revivre l’histoire. Il est situé à la Base des Forces canadiennes Shilo au Manitoba.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :