ARCHIVÉE - Un ancien prisonnier de guerre chérissait une rare carte de Noël venant du premier ministre King datant de 69 ans avant de la remettre au premier ministre Harper

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Galerie d'images

Article / Le 23 décembre 2014 / Numéro de projet : 14-0274-xmas-card

Ottawa (Ontario) — Capturé le jour de Noël 1941, Arthur Kenneth Pifher (à la retraite), ancien combattant de la bataille de Hong Kong, a reçu une carte de Noël du premier ministre de l’époque, William Lyon Mackenzie King, en 1943 tandis qu’il était captif d’un camp de prisonniers de guerre japonais. Il l’a gardée en sûreté pendant 69 ans avant de la remettre à Stephen Harper, premier ministre actuel, en 2012. La carte est maintenant un artefact de valeur du Musée canadien de la guerre.

Le carabinier (à la retraite) Pifher, maintenant âgé de 93 ans, s’est joint au Royal Rifles of Canada en 1940 à l’âge de 19 ans. Rejoint à sa maison à Grimsby, en Ontario, le 16 décembre 2014, il a décrit les évènements entourant l’incroyable parcours de son rare souvenir.

 « inCe fût une surprise pour moi et tout le monde lorsque j’ai reçu la carte du premier ministre King. À ce moment, je pensais que tout le monde en avait reçu une, mais ce n’était pas le cas,» explique-t-il.

Cette carte est tellement rare que seulement une autre a trouvé son chemin jusqu’au Musée de la guerre, bien que des milliers aient été envoyées en 1943 et 1944 par M. King. Selon les archives du Musée de la guerre, les règlements relatifs au courrier en temps de guerre ne permettaient pas d’envoyer des cartes de Noël aux prisonniers de guerre pour éviter de ralentir la réception des précieuses lettres envoyées aux prisonniers par leur famille. La carte de M. King devait représenter l’ensemble des sentiments des cartes de Noël des Canadiens pour leurs proches emprisonnés.

 « Les prisonniers de guerre détenus par les Japonais ne pouvaient pas garder beaucoup de choses dans leurs effets personnels. Il est donc surprenant et certainement inhabituel que la carte se rende d’abord à M. Pifher dans le camp, puis qu’il la conserve tout au long de sa captivité et qu’elle demeure intacte toutes ces années après la guerre,» explique M. Jeff Noakes, historien spécialisé dans la Seconde Guerre mondiale au Musée canadien de la guerre.

 «  Nous n’avons qu’une seule de ces cartes de Noël dans notre catalogue. Elle a été envoyée à un prisonnier de guerre de Dieppe,»  raconte M. Noakes. Ce prisonnier de guerre était le soldat Jack Powerful Griss du Royal Hamilton Light Infantry, qui a été capturé à Dieppe en août 1942 avec 1946 autres Canadiens.

Dans la carte de 1944, on peut y lire :  « All Canada joins in Warmest Christmas Greetings and good wishes to you (Tous les Canadiens vous souhaitent de très joyeuses fêtes et vous envoient leurs meilleurs vœux)» et elle est signée par M. King.

Après l’avoir conservée toutes les années qui ont suivi, le carabinier Pifher (à la retraite) l’a remise au premier ministre Stephen Harper le 11 novembre 2012, à la suite d’une cérémonie du jour du Souvenir au cimetière de Sai Wan, à Hong Kong, où sont enterrés les 283 Canadiens qui sont décédés pendant la bataille.

Il a inclus une note officielle :  « To Prime Minister Stephen Harper: Sixty nine years ago, while a captive POW in Sham Shui Po prison camp, I received this card for Christmas. Please accept this as a memento of today’s Remembrance Ceremony. From Rfn A. Ken Pifher, Royal Rifles of Canada (Au premier ministre Stephen Harper : il y a soixante-neuf ans, alors que j’étais un PG captif au camp de prisonniers Sham Shui Po, j’ai reçu cette carte pour Noël. Veuillez l’accepter en souvenir de la cérémonie du jour du Souvenir d’aujourd'hui. Du carabinier A. Ken Pifher, Royal Rifles of Canada). »

 « Lorsque je l’ai remise à M. Harper, je lui ai dit : « Voilà, ça vous ferait un signet pratique, » raconte le carabinier (à la retraite) Pihfer,  « mais M. Harper a pris le tout au sérieux et a dit qu’elle devrait se trouver dans un musée. »

Le bureau du premier ministre a rapidement fait don de la carte, de son enveloppe et du message que le carabinier (à la retraite) Pifher a écrit au premier ministre Harper au Musée de la guerre. Les articles ont immédiatement été exposés pendant la saison des Fêtes 2012 et jusqu’en mars de la nouvelle année.

À la réception de ce cadeau par le musée, James Whitham, directeur général du Musée canadien de la guerre, a dit :  « Ce simple cadeau de Noël rappelle un pays en guerre, un jeune soldat qui souffre loin de la maison, et les formes d’expérience personnelle et nationale liées au jour du Souvenir.»  Il ajoute :  «  Nous sommes reconnaissants que M. Ken Pifher ait conservé cet artéfact important pendant tant d’années et nous sommes heureux de l’ajouter à notre collection nationale. » 

 « C’est un honneur pour moi qu’elle soit exposée dans le Musée, » raconte le carabinier (à la retraite) Pifher.

Le Royal Rifles of Canada et les Winnipeg Grenadiers ont été envoyés à Hong Kong en novembre 1941 pour aider les Britanniques et les soldats indiens à défendre ce qui était alors la colonie britannique. Lorsque Hong Kong est tombée aux mains de la force japonaise, qui était plus importante et chevronnée, le 25 décembre 1941 après 17 jours de sombres combats, 290 Canadiens ont été tués et 493 blessés. Le carabinier Pifher était l’un des 1700 soldats canadiens tenus en captivité dans des camps de prisonniers à Hong Kong et en Chine. Au moment d’être libéré presque quatre ans plus tard, près de 300 avaient péri en captivité de malnutrition, de maladie, de brutalité et de travaux forcés.

Le 73e anniversaire de la bataille de Hong Kong a été commémoré à Ottawa (Ontario) le 6 décembre 2014, au nom du gouvernement du Canada. Visitez la page http://nouvelles.gc.ca/web/article-fr.do?nid=912549&tp&_ga=1.133446670.1815466632.1419354378

 

Écrit par Lynn Capuano, Affaires publiques de l'Armée

Date de modification :