Une boîte de découverte de la Seconde Guerre mondiale traite de thèmes historiques difficiles

Article / Le 22 octobre 2019 / Numéro de projet : 19-0258

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée

Ottawa (Ontario) — Le Musée canadien de la guerre (MCG) fait vivre une expérience d’apprentissage aux élèves de l’ensemble du pays à l’aide d’une nouvelle « boîte de découverte » de la Seconde Guerre mondiale remplie d’artefacts visant à susciter la discussion en salle de classe. 

Ce projet donne suite à la boîte de découverte de la Première Guerre mondiale de la Ligne de ravitaillement du MCG, qui a été empruntée plus de 1900 fois depuis le lancement de l’initiative par le musée en 2014.

Cette année, le musée fait circuler 20 trousses de la Seconde Guerre mondiale et 30 trousses de la Première Guerre mondiale, qui seront prêtées gratuitement aux écoles pendant deux semaines à la fois. Les deux trousses visent des élèves de la quatrième à la douzième année.

Sandra O’Quinn, spécialiste en apprentissage du MCG, a affirmé que la boîte de la Seconde Guerre mondiale contient 23 artefacts, dont certains sont des reproductions et d’autres sont authentiques. Il y a des objets et des vêtements qu’on peut manipuler, ainsi que des photographies et des documents. Elle a ajouté que les objets, tout comme ceux de la boîte de la Première Guerre mondiale, ont été choisis pour piquer la curiosité des élèves.

« Une partie importante du curriculum dans la plupart des provinces est l’enseignement de connaissances historiques et de l’apprentissage fondé sur l’interrogation », a-t-elle affirmé. « En leur donnant des choses qui piquent leur curiosité et qui les incitent à poser des questions, cela offre à l’enseignant une toute nouvelle ligne de pensée. »

Les commentaires relatifs à la première ronde de prêts de la trousse de la Seconde Guerre mondiale sont encore recueillis, mais Mme O’Quinn croit que les élèves seront fascinés par deux artefacts en particulier : une boîte de conserve d’un bateau de sauvetage et une « épinglette du cœur ».

« Il s’agit d’une ration réelle », a précisé Mme O’Quinn. « Nous l’avons remplie de résine époxyde pour qu’elle soit non périssable. La boîte contient des tablettes de chocolat, des craquelins. Lorsqu’on l’ouvre, on peut encore sentir l’odeur du chocolat. »

« Les épinglettes du cœur étaient souvent offertes par un militaire à leur être cher », a‑t‑elle précisé. « Elles reflètent réellement la vie quotidienne des Canadiens et Canadiennes à la maison pendant la guerre. »

Thèmes historiques difficiles

Mme O’Quinn a fait remarquer qu’un point important retenu parmi les commentaires reçus était que les enseignants souhaitaient qu’on accorde une plus grande importance aux expériences des femmes et des minorités visibles en temps de guerre. Le musée a donc intégré l’histoire de Canadiens d’origine japonaise qui ont été réinstallés contre leur gré en raison de préoccupations sur leur loyauté.

Le produit porte également sur l’holocauste.

« Les enseignants ne cherchent pas à éviter les sujets historiques difficiles, donc c’est la raison pour laquelle nous avons jugé qu’il était important de les ajouter », a expliqué Mme O’Quinn.

On compte également un casque parmi les artefacts, qui était porté non seulement par les soldats sur la ligne de front, mais aussi par les membres du Service féminin de l’Armée canadienne et des bénévoles civils au pays.

« Nous avons une image d’un groupe de Canadiens d’origine africaine dans la région de Darmouth et ils portent tous le casque », a affirmé Mme O’Quinn. « Cela illustre la diversité des personnes touchées et des personnes participant à la guerre. »

Le musée a également créé du matériel supplémentaire pour aider les enseignants, y compris des témoignages de Canadiens qui ont vécu cette période, afin d’enrichir l’expérience des élèves.

« Je crois qu’il existe de nombreuses possibilités de faire des liens entre ces personnes et les objets pour approfondir davantage l’apprentissage », a dit Mme O’Quinn.

Les réservations des trousses de la Première et Seconde Guerres mondiales commenceront le 1er novembre

Toutes les trousses ont été réservées par des écoles dans toutes les régions du Canada pour le premier semestre.

Les réservations pour le deuxième semestre pourront être effectuées à partir du 1er novembre.

Veuillez consulter les liens connexes pour obtenir de plus amples renseignements.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :