Une bonne odeur de déneigement à la Base Gagetown

Article / Le 16 mars 2016 / Numéro de projet : 16-0059

Gagetown (Nouveau-Brunswick) — Pour enlever la glace et la neige, les militaires de la Base de soutien de la 5e Division du Canada (BS 5 Div CA) Gagetown ont trouvé une solution plus économique et plus respectueuse de l’environnement que le sel gemme utilisé par de nombreuses municipalités canadiennes. Mieux encore, cette solution sent les galettes à la mélasse.

Pendant près d’un an, les Services techniques (Svc Tech) de la BS 5 Div CA Gagetown ont examiné les différentes manières d’améliorer le contrôle de la neige et de la glace à la base. Comptant plus de mille kilomètres de route, Gagetown est la deuxième base en importance au Canada.

Le major Gord Bennett, qui commande la compagnie de transport des Svc Tech de la base, a fait des recherches et a finalement trouvé une solution : la saumure. Il s’agit d’un mélange de sel, d’eau et d’autres additifs auxquels on ajoute de la mélasse industrielle produite localement. Ce dernier ingrédient explique l’odeur agréable du mélange. La mélasse est déjà utilisée dans la saumure commerciale qui sert au déneigement dans le sud de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. D’autres mélanges de saumure mis au point par des entreprises privées des États-Unis font appel à des jus résiduels provenant de la production de sucre de betterave.

Selon le Maj Bennett, la présence de mélasse fait en sorte que la saumure colle à la chaussée. Le sel gemme, qui ne possède pas cette caractéristique, peut être balayé de la route lors des opérations de déneigement ou par le passage répété des véhicules. La saumure nécessite un moins grand nombre d’applications, ce qui se traduit par des économies substantielles.

Quelques-uns des avantages de la saumure :

  • Cause moins de dommage à l’environnement
  • Facilite la fonte de la neige si on l’applique avant une tempête
  • Contribue à prévenir le damage de la neige, qui se transformerait en glace sous l’effet du passage des véhicules
  • Facilite l’enlèvement de la couche de glace accumulée, réduisant ainsi le temps de déneigement
  • Amélioration des conditions routières durant une plus longue période par application
  • Efficace jusqu’à ‑210C, alors que le sel gemme est habituellement efficace jusqu’à ‑160C.
  • Moins de corrosion pour les véhicules
  • Réduction des coûts en carburant
  • Réduction des coûts en sel
  • Réduction des coûts de main-d’œuvre
  • Réduction de l’usure des camions et de l’équipement
  • Réduction du risque de blessure au conducteur en cas de collision par mauvais temps

Le Maj Bennett ajoute que la saumure permet une utilisation plus efficace du sel. Un kilo de sel mélangé à de la saumure couvrira une zone dix fois plus grande que le sel sec utilisé seul. Auparavant, près de 500 tonnes de sel étaient épandues chaque année sur les routes de la BS 5 Div CA, souligne le Major. En raison du ruissellement printanier, la salinité des étendues d’eau douce locales a augmenté « jusqu’à atteindre un niveau comparable à celui de l’océan ».

De nombreuses évaluations indépendantes suggèrent que la saumure réduit l’utilisation de sel par près de 90 %, fait valoir le Maj Bennett.

Pour prouver l’efficacité de la saumure sur les routes, des essais ont été menés au cours de l’hiver 2015-2016. On a épandu de la saumure sur un premier groupe de routes, mais pas sur les routes du second groupe. Deux applications de saumure ont été faites sur une période de 24 heures sur certaines routes de la base, après une opération de déneigement effectuée à la suite d’un blizzard. Ces deux applications n’ont pas été faites de manière proactive, comme c’est le cas habituellement, mais plutôt pour contrer l’accumulation de glace. Vous pouvez voir les résultats sur la photo qui accompagne cet article. En 24 heures, la chaussée de la première route était presque qu’entièrement dégagée, alors que celle de la seconde était encore couverte d’une quantité substantielle de glace.

D’autres essais et recherches sont en cours, notamment sur l’utilisation de matériaux biodégradables pour remplacer le sable de traction ou pour y être ajouté.

Au printemps, les résidus de mélasse n’attirent pas les animaux nuisibles et ne s’accumulent pas sur le bord de la route, souligne le Maj Bennett.

« La quantité de mélasse n’est pas assez importante pour attirer les animaux; de plus, la pluie fait disparaître toute trace.‎ Rien ne paraît sur la chaussée, il ne reste aucun résidu collant. La mélasse se mêle à la poussière de la route sans lui donner un goût qui pourrait plaire aux animaux. Nous n’avons observé aucun changement dans les comportements de la faune depuis que nous utilisons ce mélange à la base. »

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée, avec des dossiers fournis par le Major Gord Bennett, commandant de la compagnie de transport, Services techniques, Gagetown

Date de modification :